Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Le CBD peut-il aider les toxicomanes à éviter la rechute? Dr Yasmin Hurd cherche à répondre à cette question en créant un syndicat mondial de chercheurs pour étudier la corrélation entre le cannabidiol (CBD) et le retour à la toxicomanie : un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie. Nous avions déjà évoque le sujet ici et ici. A la fin de l’article, nous développons le pourquoi du peu d’études cliniques disponibles avec le CBD.

Si c’est quelque chose qui pourrait être potentiellement bénéfique, et il y a une indication que cela pourrait être bénéfique, pourquoi ne pas mettre tout le monde sur le pont?

Le Dr Yasmin Hurd, directeur de l’Institut de toxicomanie de l’école de médecine Icahn de l’hôpital Mount Sinai à New York, crée un consortium mondial de scientifiques pour étudier le cannabidiol (CBD) et examiner son utilisation potentielle pour lutter contre la toxicomanie.

Yasmin Hurd était chercheuse à l’Institut quand elle à commencé à étudier les cerveaux humains et particulièrement ceux provenant de victimes d’overdose, la plupart d’entre tués par la cocaïne.

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Et puis, au début des années 2000, elle a remarqué un changement de marée: soudain, les surdoses ont été dominées par l’héroïne. Elle a vu venir la crise des opioïdes. Depuis, elle essaye de comprendre comment intervenir, comment pourrait-elle modifier ou inverser la façon dont la dépendance a marqués les cerveaux étudiés dans son laboratoire?

En 2017, le National Institute on Drug Abuse a signalé qu’environ 64 000 Américains avaient fait une overdose au cours de l’année précédente.

Hurd est une scientifique réputée : l’automne dernier, elle a été nommée à la prestigieuse Académie nationale de médecine, avec des douzaines d’autres chercheurs connus pour leur travaux récents.Professeure de psychiatrie et de neurosciences, elle a déclaré qu’elle croyait que le cannabinoïde CBD était la clé de la suppression des envies obsessionnelles d’opioïdes et d’héroïne.Le Dr Hurd à ainsi demandé à la communauté scientifique mondiale d’aider à la recherche de l’interaction intrigante entre le cannabidiol et la rechute de la toxicomanie.

Hurd estime qu’il y a de fortes chances que le deuxième cannabinoïde le plus important trouvé dans le cannabis puisse considérablement réduire la dépendance américaine à l’héroïne, aux opioïdes et à d’autres produits pharmaceutiques provoquant une dépendance.

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Dans la recherche initiale de Hurd, elle a découvert que le cannabidiol aurait «diminué l’appétit et l’anxiété sans produire d’effets psychoactifs» chez les animaux testés. Peu clair quant à la cause et à l’effet, le Dr Hurd demande à la communauté scientifique mondiale de participer à la recherche sur le CDB.

Un bref aperçu: Les neurones dans le cerveau se parlent par le biais de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et les endocannabinoïdes. Ces messagers chimiques transbordent l’information entre les cellules du cerveau à travers une synapse, qui est l’intersection entre deux neurones. Les drogues comme l’héroïne sont comme un accident de voiture – elles endommagent ces synapses au point que les autres voitures ne peuvent pas passer à travers.

Un rapport de 2014 dans le journal de l’American Medical Association (JAMA), a découvert que les taux de surdose annuels étaient d’environ 25 pour cent inférieurs dans les États qui ont légalisé le cannabis médicinal par rapport à ceux qui ne l’ont pas fait. D’autres chercheurs ont tiré des conclusions similaires quant au potentiel de l’utilisation du cannabis dans le traitement de la dépendance aux opioïdes.

Le laboratoire de Hurd étudie grâce à des recherches comme l’expérience sur laquelle l’un de ses chercheurs postdoctoraux, Noel Warren, travaille. Dr Warren frappe les neurones de rat avec un composé qui imite l‘usage chronique d’héroïne pour voir comment la plasticité synaptique – la façon dont le cerveau change les connexions entre les neurones, en formant de nouvelles tout en élaguant les autres – est différente dans le cerveau après l’usage de drogues. 

Sur la base de ses conclusions, Hurd a lancé des essais pour tester le cannabidiol chez les humains – mais ce n’est pas une tâche facile.

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Étudier le cannabidiol est intimidant, et pas seulement parce que le cerveau est si complexe. Pour utiliser le cannabidiol ou toute partie de la plante de cannabis à des fins de recherche, un scientifique doit obtenir une licence spéciale de la Drug Enforcement Administration, ce qui peut prendre des années. Ensuite, les scientifiques doivent obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration pour l’administrer aux patients.

Les obstacles sont énormes

a déclaré Margaret Haney, neurobiologiste à l’Université de Columbia, qui étudie les troubles de l’usage du cannabis et le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes chez l’homme. Haney doit garder le cannabis utilisé dans ses essais dans un coffre-fort qui est caché dans un congélateur qui est disposé dans une pièce spéciale de son laboratoire, accessible seulement avec ses empreintes digitales. C’est la routine pour la recherche sur le cannabis.

Et les patients qui sont inscrits dans des essais cliniques impliquant du cannabis doivent venir au laboratoire du chercheur qui détient une licence DEA pour obtenir le médicament, ce qui n’est pas toujours faisable pour les personnes souffrant de troubles médicaux graves. “Nos mains sont liées même si le cannabidiol n’est pas addictif”, a déclaré Hurd. Mais parce qu’il provient de la plante de cannabis, le gouvernement le classe comme un médicament de l’annexe I – comme l’héroïne, le LSD, l’ecstasy et le peyotl – qui sont considérés comme dangereux et n’ont aucune valeur médicinale.

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Cela signifie qu’il y a relativement peu de scientifiques qui font de la recherche sur le cannabis, et encore moins qui étudient son potentiel pour traiter la dépendance ou tester le cannabidiol chez les humains. Hurd n’est pas dans un champ bondé. “Il n’y a vraiment pas beaucoup de gens qui font cela”, a déclaré le Dr Sachin Patel, de l’Université Vanderbilt, qui a fait des recherches sur le cannabis pour comprendre comment l’exposition à celui ci tôt dans la vie augmente le risque de troubles psychiatriques.

Et puis, il y a la question de l’approvisionnement. Pendant des décennies, la seule source autorisée de cannabis disponible pour la recherche américaine était l’Université du Mississippi, qui détenait un contrat exclusif avec le gouvernement fédéral.

Si vous essayez de faire un essai clinique et que vous avez besoin de cannabidiol, il est en fait assez difficile d’obtenir les types de cannabis nécessaires pour faire la recherche

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Hurd affirme dans une interview que l’approvisionnement restreint lui a rendu presque impossible d’étudier les formulations spécifiques de cannabidiol qu’elle soupçonne seraient les plus thérapeutiques. Elle mène actuellement des essais cliniques de Phase 2 à New York pour tester la capacité du cannabidiol à réduire les envies de fumer chez les personnes dépendantes à l’héroïne. Et elle entreprend des études similaires pour tester le cannabidiol bientôt au Canada et en Jamaïque.

Mais pour Hurd, le processus a été laborieusement lent lorsque les gens meurent si rapidement. On estime que 63 600 personnes sont mortes d’une surdose de drogue en 2016. Les deux tiers de ces décès ont été causés par des opioïdes. Hurd est frustré par la façon dont le gouvernement est aux prises avec la crise. Elle est pâle en comparaison de la réponse au virus Zika et d’autres problèmes de santé publique au cours des dernières années, a-t-elle dit. “Les gens ont essaimé pour faire quelque chose. Cela ne s’est pas produit avec l’épidémie d’opioïdes “, a déclaré Hurd.

Pourquoi pas? Hurd le blâme, en grande partie, sur la discrimination contre les personnes qui sont dépendantes aux drogues. Mais s’il y avait plus de financement fédéral pour la recherche, a dit Hurd, les scientifiques pourraient accélérer la recherche de solutions. “Vous devez traiter chaque épidémie de la même manière”, a-t-elle dit, “qu’il s’agisse d’une épidémie de drogue ou d’une épidémie virale“. Elle est prompte à noter qu’elle ne prétend pas que le cannabidiol est une panacée pour la crise.

Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

Hurd veut simplement que suffisamment de chercheurs travaillent sur le problème pour pouvoir dire rapidement si quelque chose fonctionne – ou non – et ensuite passer à autre chose. Haney, le neurobiologiste de Columbia, a fait écho à cette frustration. Le DEA a déclaré qu’il n’a pas reprogrammé le cannabis parce qu’il n’y a pas assez d’études pour montrer qu’il a un potentiel médical. Mais jusqu’à ce que cela soit reporté, a déclaré Haney, ce genre de grandes études randomisées ne sera pas vraiment réalisable.

Nous sommes dans un cercle vicieux

Selon les experts, les dispensaires et les compagnies de cannabis des 29 États qui ont déjà légalisé la marijuana médicale n’ont aucun intérêt à financer ou à mener des essais cliniques sur les bénéfices médicaux, car ils sont déjà en mesure de vendre leurs produits aux patients sans l’approbation du gouvernement. . “L’argent est en train de se produire en dehors de toute donnée”, a déclaré Haney. Donc, Hurd essaie d’inciter ses collègues scientifiques à faire autant de recherches que possible sur le potentiel du cannabidiol pour traiter la dépendance aux opioïdes, dans le but de construire un consortium de cannabinoïdes.

Elle a établi des liens avec des cliniciens, des pharmacologues et des neuroscientifiques pour discuter de la façon d’encourager de nouvelles recherches. Et elle travaille aussi dans des entreprises intéressées par le cannabidiol. Sans le financement des National Institutes of Health pour un tel projet, elle espère qu’ils aideront à financer le consortium. Son objectif: construire une infrastructure qui est beaucoup plus large que la sienne. 

Je n’ai pas besoin d’être la seule personne dans la salle à étudier le cannabidiol pour la dépendance aux opiacés, cela ne peut pas être fait avec un seul petit laboratoire de Yasmin Hurd.

Article rédigé et traduit par Hexagone Vert

 

Un commentaire sur “Un médecin de New York appelle à une recherche mondiale sur le CBD et la toxicomanie

  1. thierrydubit19 says:

    Personnellement j’ai étais sous benzodiazépines et anti douleur (tramadol) du a une discopathie dégénérative… aujourd’hui je ne prend plus de médicament qui me détruire le cerveau et le corp a PTI feu…
    Je prend du cbd 4 ou 10% a raison de 5 gouttes matin . Midi et soir et un complément thc de o.5 g par soir pour la détente et le soir .. en vaporisation a 190 degrés mon équilibre de vie est partais toujours bien dans ma peau depuis 1 ans de auto médication je suis très sastifaid du produit . J’ai fumer pendant 20 vingt du canabis pour mon dos et le côté attractif ( jamais bu d’alcool de ma vie .. poison en vente libre..) cette plante est merveilleuse dans tout les sens du terme . Erreur savoir pris tout ses medoc . Je suis bien mieux avec l’auto médication.
    Le canabis thc, et cbd conviennent parfaitement à mon équilibre de vie..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

ut non velit, accumsan ultricies Nullam ante.