Présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets sur la grossesse

Présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets

Les dernières avancées et découvertes concernant l’utilisation du cannabis et de ses composants gagnent en popularité dans le monde d’aujourd’hui. Le cannabis offre une réponse positive au corps humain ainsi qu’a celui des mamans : présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets sur la grossesse.

Ces mamans doivent être mieux informées sur l’utilisation des produits cannabinoïdes pendant la grossesse et sur leur innocuité : beaucoup d’entre elles sont demandeuses de recherches complètes sur l’utilisation de l’huile de CBD pendant la grossesse. En effet, particulièrement aux USA mais de plus en plus dans l’hexagone, le pourcentage de mères utilisant des produits à base de cannabis augmente de jour après jour en raison des effets supposées du cannabis sur la réduction des nausées, vomissements, douleurs, spasticité, dépression, anxiété, déséquilibre hormonal, et l’inflammation associée à la grossesse.

Présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets

Les cannabinoïdes et leur présence dans le lait maternelle

Les cannabinoïdes interagissent avec le système endocannabinoïde et ses récepteurs, qui sont présents dans tout le corps, notamment dans le système nerveux central, à savoir CB1, CB2, et d’autres organes tels que le foie, l’utérus, la prostate, les surrénales et le système cardiovasculaire. Le système endocannabinoïde joue un rôle essentiel dans le maintien des fonctions physiologiques du corps et aide à optimiser l’homéostasie mais aussi les caractéristiques cruciales telles que l’énergie, l’humeur, la réponse immunitaire, la reproduction, l’appétit et autres. Les cannabinoïdes peuvent être ingérés sous diverses formes qui comprennent des méthodes de combustion ou d’ingestion. Ces derniers comprennent les huiles, les teintures, les produits comestibles, les pommades, les sprays et bien d’autres.

Les cannabinoïdes, présents dans le lait maternelle, sont-ils sans danger pendant la grossesse ?

Le système endocannabinoïde et les récepteurs du CBD sont présents partout dans le corps et jouent un rôle essentiel pendant la grossesse, c’est-à-dire la période prénatale et postnatale. Chaque individu est surpris d’apprendre que les cannabinoïdes sont présents naturellement dans le lait maternel (endocannabinoïdes) et jouent un rôle essentiel dans le développement humain. Ces cannabinoïdes sont appelés «lipides neuromodulateurs».

L’interaction avec le système endocannabinoïde entraîne le maintien de différentes fonctions corporelles et la protection contre les bactéries, les virus, le cancer ainsi que d’autres tumeurs malignes. Selon une étude publiée dans l’European Journal of Pharmacology qui a été publié en 2004, il est stipulé que tous les êtres humains ont des récepteurs aux cannabinoïdes, et que le système endocannabinoïde avec ses récepteurs a un impact substantiel sur le développement prénatal et postnatal. 

Au cours des années 1970, les études ont conclu que le système endocannabinoïde est associé à la nutrition et à l’appétit, mais il est maintenant indiqué que les endocannabinoïdes sont présents dans le lait humain et bovin. Les récepteurs CB1 se développent au cours de la 14ème semaine de gestation.

Leurs effets

Basé sur de nombreuses études dont celle-ci, il a été étudié l’activité des cannabinoïdes chez les nouveau-nés quand ils commencent à boire du lait. Les études ont démontrée que lorsque les récepteurs CB1 sont activés, ils jouent un rôle essentiel dans la succion du lait maternel, ce qui conclut que le système endocannabinoïde est le principal facteur de développement de l’appétit du bébé qui favorise la croissance et le développement du nouveau-né.

Les endocannabinoïdes présents dans le lait maternel stimulent non seulement les fonctions liées à l’alimentation du bébé, mais contribuent également à la protection des neurones pendant le développement post-natal du cerveau du bébé. Cette étude, publiée en 2004 par le même journal, semble bien confirmer ces dires.

Les cannabinoïdes, présents dans le lait maternelle, sont-ils sans danger pendant la grossesse ?

Différentes études concluent que les cannabinoïdes adhèrent aux graisses présentes dans le lait maternel, ce qui explique pourquoi les scientifiques étudient la relation entre le cannabis et le lait maternel. Il est donc nécessaire de poursuivre la recherche sur la transmission des cannabinoïdes aux bébés pendant la phase de lactation.

Cependant, ces études prennent beaucoup de temps en raison des difficultés posées par les analyses des cannabinoïdes avec les graisses séparées. Les chercheurs ont opté pour le procédé de saponification où il est facile d’isoler les cannabinoïdes des lipides présents dans le lait maternel.

Les cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis semblent aider à soulager les nausées, la douleur et la spasticité. Cependant, le système endocannabinoïde est un mécanisme compliqué qui est impliqué dans la grossesse : de la fécondation à la phase d’implantation et de placentation.

Les études in vitro ont montré que l’exposition au THC entraîne une perturbation de la signalisation cellulaire, une mort prématurée des cellules et une angiogenèse ainsi qu’une diminution de l’absorption d’acide folique par les cellules. Les études chez l’animal concluent que l’exposition au THC durant la phase prénatale entraîne des changements neurologiques, le risque d’anémie, un faible poids à la naissance et des chances accrues d’admissions dans les unités de soins intensifs néonatals.

Leurs rôles pendant la grossesse et la conception

Les cannabinoïdes jouent un rôle essentiel dans la conception, contribuant à une grossesse réussie.

Selon une étude du Département de pédiatrie de l’Université Vanderbilt en 2006(, les endocannabinoïdes sont nécessaires à la reproduction féminine. Le système cannabinoïde a un impact important au cours de la phase précoce de la grossesse.

Selon Embryology, l’embryon nouvellement formé adhère à la muqueuse de l’utérus, si le système endocannabinoïde n’est pas impliqué, il ne parviendra pas à le faire, ce qui entraîne un échec de grossesse. Les endocannabinoïdes spécifiques sont inclus dans cette fonction, à savoir, l’Anandamide. Cependant, des quantités élevées ou faibles d’Anandamide peuvent entraîner l’inactivation des récepteurs CB1.

Selon le Journal américain de gynécologie et d’obstétrique publié en 2004, une étude a déclaré que les cannabinoïdes exogènes et endogènes résultent en un effet relaxant direct et vigoureux sur le myomètre humain enceinte qui est activé par les récepteurs CB1.

Les cannabinoïdes, présents dans le lait maternelle, sont-ils sans danger pendant la grossesse ?

L’étude rapporte également que l’Anandamide possède des propriétés neuroprotectrices qui sont essentielles dans le développement du cerveau post-natal. Les endocannabinoïdes aident également à façonner la connectivité neuronale.

Selon une recherche menée en 1995 sur des souris , il a montré que le système endocannabinoïde chez les mammifères est lié à l’utérus. Pendant la phase d’allaitement et de grossesse, le système endocannabinoïde est impliqué dans les propriétés de soulagement et de neuroprotection du fœtus, de la mère et du bébé. Les tests scientifiques révèlent que les récepteurs CB1 sont impliqués dans le développement de la réponse à l’appétit chez la souris.

Si les récepteurs CB1 sont bloqués ou enlevés en laboratoire, les bébés souris cessent de téter le lait de leur mère ce qui entraine leur mort. L’étude montre que les endocannabinoïdes sont très importants pour le développement du nourrisson et indiquent également que les endocannabinoïdes jouent un rôle essentiel dans la survie des bébés en contrôlant le mécanisme d’ingestion du lait.

Les endocannabinoïdes dans le lait maternel stimulent non seulement la réponse alimentaire, mais calment et détendent le bébé. Ils protègent le bébé contre les infections et aident à la maturation du système immunitaire du nourrisson.

Les conditions de grossesse qui sont affectées par l’utilisation de l’huile de CBD

Le CBD entraîne des effets prononcés sur le corps humain pendant la grossesse. Les conditions suivantes ont un impact positif si vous consommez le CBD :

Un mal de dos 

Le poids du bébé conduit à des problèmes de dos chez les femmes enceintes, car il exerce une pression sur la partie inférieure du corps conduisant à une sensation de malaise et de maux de dos. L’huile de CBD aide à soulager les maux de dos tout en atténuant les autres symptômes de la grossesse.

Blues post-partum

Les femmes enceintes après l’accouchement souffrent généralement de dépression. L’huile de CBD aide à activer les signaux sérotoninergiques en utilisant les récepteurs 5-HT1A. Le processus permet aux neurotransmetteurs dédiés d’aider dans la lutte contre la dépression et l’anxiété.

Soulagement de la douleur chronique 

Les problèmes préexistants chez les femmes enceintes sont exacerbés pendant la grossesse, ainsi le CBD aide à réduire les signaux de douleur menant à moins de douleur.

Contractions prématurées

Les accouchements prématurés sont très fréquents ces jours-ci pour de multiples raisons, dont l’une comprend des contractions prématurées. Dans certaines conditions, le corps expulse naturellement le fœtus menant à des accouchements anticipés. Selon une étude menée en 2010, il révèle que l’huile de CBD aide à l’inhibition des contractions du myomètre.

Matin

Dans le premier trimestre de la grossesse, de nombreuses femmes éprouvent des nausées et des vomissements. Cet état entraine un sentiment de “gueule de bois” et peut être vaincu en utilisant de l’huile de CBD pendant la grossesse.

Nausée et vomissements 

Pendant la grossesse, ce mécanisme intégré est exacerbé au cours du premier trimestre. La consommation de l’huile de CBD aide le corps à produire un neurotransmetteur, c’est-à-dire la 5-hydroxytryptamine qui ralentit le réflexe d’expulsion conduisant à une réduction des symptômes.

Présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets

Le CBD est-il sûr pour les femmes enceintes ?

De nombreuses femmes enceintes et allaitantes se tournent vers le cannabis ou le chanvre, ce qui semblerait les aide à contrôler les nausées, les vomissements, les symptômes liés au stress et les symptômes désagréables. Cependant, l’huile de CBD pendant la grossesse n’est pas conseillée par les médecins; c’est pour cette raison que la question est posée régulièrement.

Une étude menée en 2013, sur l’utilisation prénatale de CBD, a démontrée que cela augmentait la perméabilité de la matière au placenta. Elle constate que les composés étrangers passent plus facilement au travers de la barrière placentaire et directement dans le fœtus. L’étude a conclu que l’utilisation de la marijuana pendant la grossesse entraîne une diminution des fonctions protectrices du placenta, entraînant une modification des caractéristiques physiologiques et morphologiques.

Les plantes de cannabis sont interdites dans de nombreux états en raison de la présence d’un seul coupable, à savoir le THC. Selon une étude menée en 2014, sur l’utilisation de THC pendant la grossesse, celle-ci a démontrée un impact négatif sur le développement du cerveau des humains ainsi que celui des souris.

L’utilisation du cannabis est également liée aux accouchements prématurés et aux nouveau-nés de faible poids à la naissance. Il entraîne également de l’irritabilité et des troubles du sommeil.

Malgré ces conclusions, les produits de cannabis sont très utilisés par les femmes enceintes : environ 11% des femmes en âge de procréer ont consommé du cannabis au cours des dernières années et 2 à 5% d’entre elles ont consommé du cannabis pendant la grossesse.

Selon une étude contrôlée menée en 2014, sur les mères jamaïcaines avec leurs enfants, il a été conclu que la consommation de cannabis chez les femmes enceintes n’entraînait aucune déficience chez les bébés. Cependant, les nouveaux nés étaient plus grand de taille, plus réactifs aux stimuli sociaux, plus alertes, moins irritables et très stables. Il aussi été rapporté que le cannabis soulage les nausées et aide à améliorer l’appétit. D’autres ont affirmé que l’utilisation de cannabinoïdes aidait à réduire la fatigue. Il a également renforcé les états dépressifs et d’anxiété.

Dr Dreher indique que l’utilisation de l’huile de cannabinoïde pendant la grossesse ne montre aucun lien prouvé concernant l’association du cannabis pendant la grossesse et son impact sur le développement des bébés.

D’après une étude de suivi effectuée en Californie, aucun problème de développement n’a été observé chez les enfants dont la mère a utilisé de l’huile de CBD pendant la grossesse et pendant la phase de lactation.

Par ailleurs, Thomas W. Hale, spécialiste de l’exposition aux médicaments pendant la phase d’allaitement et de grossesse, conclut que les études chez les mères en lactation et utilisant des produits à base de cannabis entraînent un risque élevé de dommages pour leurs enfants.

Le risque de consommation de cannabis pendant la grossesse l’emporte sur les avantages de tels produits pendant l’allaitement. Cependant, Thomas W. Hale n’a mentionné aucun essai clinique et les études étaient également anciennes et contextuelles.

Certaines études sur des rats ont montré que la dose élevée d’exposition au THC entraînait des déficits de performance et d’apprentissage similaires à ceux liés à une lésion de l’hippocampe. Les lésions associées à l’hippocampe ont abouti à une conscience spatiale, c’est-à-dire à une incapacité de comprendre l’environnement, les associations relationnelles, c’est-à-dire, incapables de se connecter ou contextualiser, c’est-à-dire de ne pas comprendre l’importance des choses environnantes. Les doses élevées de THC chez les humains pendant 7-14 ans peuvent aboutir au même scénario que chez les souris. Le THC peut passer à travers le lait maternel aux nouveau-nés menant à de multiples problèmes qui comprennendraient :

  • Une étude réalisée en 1900 a conclu que la diminution de la motricité chez les nouveau-nés était due à l’exposition de traces de THC dans le lait maternel.
  • Selon une revue de la littérature en 2012, les bébés qui consommaient du THC par le lait maternel étaient plus à risque: tremblements accrus, diminution du temps d’alimentation, gain de poids réduit, réflexe d’allaitement réduit et retard de motricité, altérations des réponses visuelles.

Cependant, d’autres études ont conclu qu’il n’y a pas d’effets apparents du THC sur les nouveau-nés, car le système endocannabinoïde n’est pas suffisamment développé chez les nouveau-nés.

Présence des cannabinoïdes dans le lait maternel, et leurs effets sur la grossesse

Conclusion 

Pendant de nombreux siècles, de nombreuses femmes enceintes du monde entier ont utilisé les cannabinoïdes, ce qui pourrait aider à soulager les symptômes désagréables qui incluent la nausée.

Dans l’hypothèse où des femmes enceintes souhaiteraient tout de même introduire des extraits de cannabinoïed, il est conseillé de ne consommer que des cannabinoïdes non psychoactifs afin d’éviter tout risque de dépendance et de risque pour le fétus. Ne seraient à utiliser que des extraits de chanvre, afin d’éviter le THC, c’est-à-dire des suppléments et des herbes pendant la grossesse et avant la conception et le plus important : à introduire uniquement sous contrôle médical.

Cet article est une traduction et remise en forme de : http://www.viralmummy.com/health/cannabinoids-breast-milk-cbd-oil-during-pregnancy/

Hexagone Vert n’engage en aucun cas sa responsabilité, et déconseille toute utilisation de cannabinoïdes pendant la grossesse, par principe de précaution.

Les sources suivantes doivent également être consultées :

References:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

nunc commodo justo Nullam vulputate, luctus