L’effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement

Les troubles du mouvement tels que la maladie de Parkinson et la dyskinésie sont des états fortement handicapants, liés au stress oxydatif et à la neurodégénérescence. Lorsqu’elles sont disponibles, les thérapies pharmacologiques pour ces troubles n’agissent que sur les symptômes, et ne profitent pas à tous les patients, tout en induisant des effets secondaires sévères. De plus en plus étudié pour son action, le CBD semble prometteur sur le sujet :   L’effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement .

Le cannabidiol est un composé non psychotomimétique de Cannabis sativa qui présente des effets antipsychotiques, anxiolytiques, anti-inflammatoires et neuroprotecteurs. Bien que les études qui étudient les effets de ce composé sur les troubles du mouvement soient étonnamment rares, le cannabidiol apparaît comme un composé prometteur pour traiter et / ou les prévenir.

Dans cette étude mise à disposition sur Frontiers in Pharmacolgy et publiée le Vendredi 11 Mai 2018 (consultable ici) une équipe de chercheurs menée le professeur Fernada F. PERES, très impliquée dans la recherche sur le cannabis médical, passe  en revue ces études cliniques et pré-cliniques et attirent l’attention sur le potentiel du cannabidiol dans ce domaine. Document rare, nous vous proposons ici sa traduction en français, afin de mettre à disposition plusieurs études cliniques et précliniques sur le sujet.

Action du CBD

Les scientifiques présentent, dans un premier temps, les mécanismes d’action du Cannabidiol :

Le CBD agit comme agoniste des récepteurs TRPV1, PPARγ et 5-HT1A, et comme antagoniste du récepteur GPR55. Le CBD est un agoniste inverse des récepteurs GPR3, GPR6 et GPR12. De plus, le CBD antagonise l’action des agonistes des récepteurs CB1 et CB2, et il est suggéré qu’il agit comme un agoniste inverse et comme un modulateur allostérique négatif de ces récepteurs. Le CBD inhibe également la FAAH, ce qui entraîne une augmentation des taux d’anandamide. L’anandamide active les récepteurs CB1, CB2 et TRPV1. De plus, le CBD présente des effets antioxydants et anti-inflammatoires partiellement médiés par les actions du CBD sur le TRPV1, les mitochondries et le PPARγ.

L'effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement

 

Études et documents

Dans le corps de l’étude, consultable ici, vous pourrez retrouver l’ensemble des études cliniques et/ou précliniques citées.

Pour résumer, voici un tableau récapitulant toutes ces données :

Études cliniques examinant les effets du CBD sur les troubles du mouvement.

Maladie

Principaux résultats Durée du traitement Dose de CBD et voie d’administration Caractéristiques du patient Référence
Parkinson Étude pilote en ouvert. Le traitement avec le CBD pendant 4 semaines a diminué les symptômes psychotiques. Le CBD n’a pas aggravé la fonction motrice ni induit d’effets indésirables. 4 semaines 150 mg / jour de CBD, augmentant de 150 mg chaque semaine, en fonction de la réponse clinique des patients. Voie orale. 6 patients parkinsoniens (4 hommes et 2 femmes) atteints de psychose – non contrôlés par une réduction des médicaments antiparkinsoniens – pendant au moins 3 mois avant le début de l’étude. Les patients ont reçu des doses stables de médicaments anti-PD pendant au moins 7 jours. Zuardi et al., 2009
Parkinson Série de cas. Le CBD a réduit la fréquence des événements liés au trouble du comportement en sommeil paradoxal. 6 semaines 75 mg / jour (3 patients) ou 300 mg / jour (1 patient) de CBD. Voie orale. 4 patients parkinsoniens atteints d’un trouble du sommeil paradoxal avec au moins deux épisodes de comportements complexes liés au sommeil par semaine. Chagas et al., 2014a
Parkinson Essai exploratoire en double aveugle. Le traitement par CBD n’a pas amélioré la fonction motrice ou le score général des symptômes, mais la dose plus élevée (300 mg / kg) a amélioré la qualité de vie.
Essai clinique contrôlé (crossover randomisé en double aveugle). Le traitement avec CBD n’a pas amélioré les symptômes, mais il n’était pas toxique.
6 semaines 75 ou 300 mg / jour de CBD. Voie orale. 21 patients parkinsoniens (15 hommes et 6 femmes) recevant des doses stables de médicaments anti-PD pendant au moins 30 jours avant le début de l’étude. Chagas et al., 2014b
Huntington Essai clinique contrôlé (crossover randomisé en double aveugle). Le traitement avec CBD n’a pas amélioré les symptômes, mais il n’était pas toxique. 6 semaines 10 mg / kg / jour de CBD. Voie orale. 15 patients (8 hommes et 7 femmes) avec une progression légère ou modérée de la MH, ne prenant pas de médicaments antipsychotiques pendant au moins 2 semaines avant le début de l’étude. Consroe et al., 1991
Huntington Essai pilote en double aveugle, randomisé, croisé, contrôlé contre placebo. Sativex n’a pas induit d’effets indésirables graves ou d’aggravation clinique. Cependant, Sativex n’a pas amélioré les symptômes des patients ni favorisé les changements moléculaires sur les biomarqueurs. 12 semaines Augmentation des doses de Sativex (CBD: THC dans un ratio d’environ 1: 1) jusqu’à 12 pulvérisations / jour. Voie intranasale. 25 patients HD (14 hommes et 11 femmes) avec des médicaments de base stables pendant au moins 6 semaines avant le début de l’étude López-Sendón Moreno et al., 2016
Huntington Case report of HD patients treated with cannabinoid. Cannabinoids improved UHDRS motor score and dystonia subscore. 6 ou 9 mois Sativex: 12 ou 7 pulvérisations / jour. Voie intranasale. 2 patients HD mâles avec des plaintes de dystonie sévère. Durée de la maladie: 14 et 16 ans. Saft et al., 2018
Troubles du
mouvement
dystonique
Étude d’étiquette ouverte. Le traitement avec CBD a entraîné une amélioration de 20 à 50% des symptômes dystoniques. Deux patients avec des signes de DP simultanés ont montré une aggravation de leur hypokinésie et / ou un tremblement au repos lorsqu’ils recevaient les plus fortes doses de CBD (plus de 300 mg / jour). 6 semaines Augmentation des doses de CBD de 100 à 600 mg / jour. Voie orale. 5 patients (4 hommes et 1 femme) avec des mouvements dystoniques, 2 avec des symptômes parkinsoniens simultanés. Consroe et al., 1986
Troubles du
mouvement
dystonique
Rapport de cas. Le CBD a amélioré les symptômes dystoniques sans induire d’effets indésirables. Une fois CBD 200 mg. Voie orale. 2 patients: une femme avec torticolis spasmodique idiopathique et un homme avec torsion généralisée dystonie. Sandyk et al., 1986

Etudes cliniques examinant les effets du CBD sur les troubles du mouvement en format PDF

L'effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement

Etudes précliniques examinant les effets du CBD sur les troubles du mouvement.

Modèle

Principales constations Références
Modèle de hamster de la dystonie paroxystique idiopathique The higher dose of CBD shows a trend to delay the progression of dystonia. Richter and Loscher, 2002
Cellules PC12 exprimant la huntingtine mutée Le CBD et les trois autres composés cannabinoïdes testés, le Δ8-THC, le Δ9-THC et le cannabinol, présentent une protection de 51 à 84% contre la mort cellulaire induite par la huntingtine. Ces effets protecteurs semblent être indépendants des récepteurs CB1. Aiken et al., 2004
Rats lésés par la toxine 6-OHDA Le traitement par CBD pendant 2 semaines après la lésion par la toxine 6-OHDA prévient l’appauvrissement induit par la 6-OHDA de la dopamine et la diminution de l’activité de la tyrosine hydroxylase dans le putamen caudé. Lastres-Becker et al., 2005
Rats lésés par la toxine 6-OHDA Le traitement par CBD pendant 2 semaines après la lésion par la 6-OHDA prévient l’appauvrissement induit par la 6-OHDA de la dopamine et la diminution de l’activité de la tyrosine hydroxylase dans le putamen caudé. Le CBD a favorisé la régulation à la hausse des niveaux d’ARNm pour l’enzyme antioxydante Cu, Zn-superoxyde dismutase. Ces effets protecteurs ne semblent pas dépendre de l’activation des récepteurs CB1 Garcia-Arencibia et al., 2007
Rats traités avec de l’acide 3-nitropropionique (3-NP) L’administration subchronique de 3-NP réduit les teneurs en GABA, les niveaux d’ARNm de plusieurs marqueurs des projections striatales des neurones GABAergiques et les niveaux d’ARNm des enzymes antioxydantes superoxyde dismutase-1 (SOD-1) et-2 (SOD-2) . Le CBD inverse ou atténue les altérations induites par le 3-NP. Les effets neuroprotecteurs du CBD ne sont pas bloqués par les antagonistes des récepteurs CB1, TRPV1 ou A2A. Sagredo et al., 2007
Rats lésés par la toxine 6-OHDA Le traitement par CBD pendant 2 semaines après la lésion par la 6-OHDA empêche la diminution induite par la 6-OHDA de l’immunocoloration de la tyrosine hydroxylase, ainsi qu’une activation microgliale accrue dans la substance noire. Garcia et al., 2011
Rats traités avec de l’acide 3-nitropropionique (3-NP) ou du malonate L’administration subchronique de 3-NP réduit le contenu en GABA, diminue le nombre de neurones colorés par Nissl, régule à la baisse l’expression du récepteur CB1 et IGF-1, régule l’expression de la calpaïne et réduit l’expression de la superoxyde dismutase. 1 (SOD-1). Sativex (CBD et Δ9-THC dans un rapport d’environ 1: 1) atténue toutes les altérations induites par le 3-NP. Cet effet n’est pas bloqué par les antagonistes des récepteurs CB1 ou CB2. En outre, les rats traités avec le malonate affichent une expression accrue du gène iNOS, inversée par l’administration de Sativex. Sagredo et al., 2011
Les rats traités avec du malonate Le malonate augmente l’œdème, diminue le nombre de cellules survivantes, augmente le nombre de cellules dégénérescentes, induit une forte activation gliale et augmente l’expression des marqueurs inflammatoires iNOS et IGF-1. La combinaison de type Sativex atténue toutes les altérations induites par le malonate. L’effet Sativex semble dépendre à la fois des récepteurs CB1 et CB2. Valdeolivas et al., 2012
Souris injectées avec des agents cataleptiques Le prétraitement avec le CBD atténue de façon dose-dépendante l’augmentation du comportement de catalepsie induite par l’halopéridol, la L-nitro-N-arginine ou le WIN 55,212-2. L’effet anticataleptique du CBD est empêché par l’administration de WAY100635 (antagoniste des récepteurs 5-HT1A). Gomes et al., 2013
Cellules PC12 traitées avec la toxine MPP + Le CBD augmente la viabilité cellulaire et empêche l’augmentation induite par MPP + de l’activation de la caspase-3 et la diminution des niveaux de NGF. Le traitement au CBD induit également la différenciation cellulaire même en présence de MPP +. Les effets du CBD sur la neuritogenèse semblent dépendre des récepteurs trkA. Santos et al., 2015
Souris traitées avec L-DOPA Le CBD, lorsqu’il est administré avec la capsazépine, un antagoniste des récepteurs TRPV1, diminue la dyskinésie induite par la L-DOPA. Ces effets sont bloqués par les antagonistes des récepteurs CB1 et PPARγ. Le traitement par la capsazépine et le CBD diminue également l’expression des marqueurs inflammatoires (COX-2 et NFkB). Dos-Santos-Pereira et al., 2016
Rats injectés avec l’agent cataleptique et inducteur de dyskinésie reserpine L’administration répétée de réserpine induit une catalepsie, une hypolocomotion, une dyskinésie orale et une altération de la tâche de mémoire d’évitement discriminative. Un traitement concomitant avec le CBD empêche l’augmentation du comportement de catalepsie, la dyskinésie orale et le déficit de la mémoire. Peres et al., 2016
Souris injectées avec l’halopéridol, un agent cataleptique Le CBD prévient la catalepsie induite par l’halopéridol et l’augmentation de l’expression de la protéine c-Fos dans le striatum dorsolatéral. Le CBD inverse également l’augmentation du comportement de catalepsie induite par l’halopéridol. Ces effets CBD sont prévenus par l’administration de WAY100635 (antagoniste des récepteurs 5-HT1A). L’effet anticataleptique du CBD est également observé lorsque le CBD est injecté dans le striatum dorsal. Sonego et al., 2016
Souris R6 / 2 (modèles de souris transgéniques de HD) Le traitement avec une combinaison de type Sativex (de la 4e à la 12e semaine après la naissance) a atténué le comportement d’étreinte des souris R6 / 2 (qui reflète la dystonie) et réduit l’activité métabolique dans les ganglions de la base. Sativex a également inversé certaines des altérations des animaux dans les marqueurs de l’intégrité du cerveau, mais pas la détérioration de la performance du rotarod. Valdeolivas et al., 2017

Etudes précliniques examinant les effets du CBD sur les troubles du mouvement en PDF

Conclusions

Les données examinées ici indiquent un rôle protecteur du CBD dans le traitement et / ou la prévention de certains troubles du mouvement. Bien que les études soient rares, le CBD semble être efficace pour traiter les mouvements dystoniques, primaires et secondaires.

Il est à noter que dans certains cas, notamment en ce qui concerne la sclérose en plaques et la Maladie de Hunington, les effets bénéfiques cliniques ne sont observés que lorsque le CBD est associé au Δ9-THC dans un rapport 1: 1 (Sativex). En fait, ces effets thérapeutiques sont probablement dus au Δ9-THC, puisqu’ils sont également observés avec d’autres agonistes des cannabinoïdes (Curtis et al., 2009, Nielsen et al., 2018, Saft et al., 2018).

L'effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement

Néanmoins, le CBD diminue les effets indésirables du Δ9-THC, tels que la sédation, les troubles de la mémoire et la psychose (Russo et Guy, 2006). Les données concernant la Maladie de Hunington sont rares, mais les résultats de l’utilisation de Sativex dans la sclérose en plaques sont encourageants.

Des examens de l’utilisation clinique de ce composé au cours de la dernière décennie indiquent une efficacité dans le traitement de la spasticité ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie, avec une faible incidence des effets indésirables (Giacoppo et al., 2017a).

En ce qui concerne la maladie de Parkinson, bien que les études précliniques soient prometteuses, les quelques études réalisées auprès des patients n’ont pas permis de détecter une amélioration des symptômes moteurs après un traitement au CBD.

Il existe une différence significative entre les études cliniques et pré-cliniques PD. Chez les animaux, les effets bénéfiques sont observés lorsque le CBD est administré avant ou immédiatement après la manipulation qui induit les symptômes de type PD. Il est à noter que lorsque le traitement par CBD commence 1 semaine après la lésion avec 6-OHDA, les effets protecteurs ne sont pas observés (Garcia-Arencibia et al., 2007).

Ces données suggèrent que les CDB pourraient avoir un rôle préventif plutôt que thérapeutique dans la maladie de Parkinson.

En pratique clinique, la maladie de Parkinson est diagnostiquée par la suite par l’apparition de symptômes moteurs qui apparaissent jusqu’à 10 ans après le début de la neurodégénérescence et l’apparition de symptômes non moteurs (Schrag et al., 2015). Lorsque le diagnostic se produit, environ 60% des neurones dopaminergiques ont déjà été perdus (Dauer et Przedborski, 2003).

Le fait que dans les essais cliniques le CBD ne soit administré qu’après cette progression substantielle de la maladie pourrait expliquer les résultats contradictoires. Malheureusement, le diagnostic précoce de la Maladie de Parkinson reste un défi, ce qui pose des difficultés pour la mise en œuvre de stratégies préventives.

L’élaboration de critères de diagnostic capables de détecter la maladie à un stade précoce permettrait probablement d’élargir les applications de la maladie dans cette maladie.

Article rédigé par Hexagone Vert

2 Commentaires sur “L’effet du CBD sur la prévention des troubles du mouvement

  1. Liliane Girard says:

    Bonjour,
    j’ai la dystonie cervicale héréditaire la tête qui tremble depuis 30 ans j’ai 84 ans et depuis environ 4 ans ma voix est affectée. Je suis en réflexion si je devrais prendre du CBD. Et si ça pourrais me venir en aide quelconque ! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

porta. elementum ut risus. nec Curabitur Aliquam