Le CBD peut réduire les conséquences négatives d’une réduction de l’apport sanguin au cerveau en cas de diabète

Le CBD peut réduire les conséquences négatives d'une réduction de l'apport sanguin au cerveau en cas de diabète

Dans certains cas de diabète, l’apport sanguin au niveau du cerveau peut-être freiné et ralenti. Le mois dernier, des chercheurs ont pu mettre en lumière le fait que le CBD pouvait aider à réduire les conséquences de cette situation : Le CBD peut réduire les conséquences négatives d’une réduction de l’apport sanguin au cerveau en cas de diabète

Le diabète et le vieillissement sont des facteurs de risque de déficiences cognitives après l’hypoperfusion cérébrale chronique (CCH). Une hypoperfusion désigne une diminution de la vascularisation (ischémie) d’une zone de l’organisme. En cas d’hypoperfusion cérébrale, c’est une partie du cerveau qui n’est pas correctement alimentée en sang. Ce défaut d’irrigation peut se révéler extrêmement grave et être à l’origine de démence ou entraîner un décès. De façon plus générale, en cas d’hypoperfusion, les tissus qui ne sont plus irrigués risquent de se nécroser (mort des tissus) et d’entraîner un état de choc (chute brutale de la tension artérielle).

Le cannabidiol (CBD) est un phytocannabinoïde présent dans la plante Cannabis sativa, donc de chanvre. Il a des effets bénéfiques sur les maladies ischémiques cérébrales et le diabète.

Les chercheurs not récemment signalé que le diabète interagissait de manière synergique avec le vieillissement pour augmenter les neuroinflammations et les déficits de mémoire chez les rats soumis à l’HCC. Dans cette étude disponible en cliquant ici, ils ont essayé de mettre en valeur les différents possibilités d’action du CBD. Réalisée par des scientifiques brésilien de l’Université d’État de Maringá, elle à été mise en ligne en Novembre 2018.

Cette étude a examiné si le CBD atténuerait le déclin cognitif et affecterait les marqueurs de l’inflammation et de la neuroplasticité dans l’hippocampe chez des rats diabétiques d’âge moyen soumis à CCH. Le diabète a été provoqué chez des rats d’âge moyen (âgés de 14 mois) par l’administration intraveineuse de streptozotocine (SZT).

Trente jours plus tard, les animaux diabétiques ont été soumis à des chirurgies simulées ou CCH et traités avec du CBD (10 mg / kg, une fois par jour) pendant 30 jours.

Le diabète a exacerbé les déficits cognitifs induits par la CCH chez les rats d’âge moyen. Un traitement répété par le CBD a entraîné une perte de poids chez les animaux opérés de manière fictive et sous CCH.

Le cannabidiol a amélioré les performances de la mémoire et réduit les taux de marqueurs de l’inflammation dans l’hippocampe (oxyde nitrique synthase inductible, molécule adaptatrice de liaison au calcium ionisée 1, protéine acide fibrillaire gliale et arginase 1).

Le cannabidiol a atténué la diminution des taux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau induit par la CCH dans l’hippocampe chez les animaux diabétiques, mais n’a pas affecté les niveaux des marqueurs de neuroplasticité (protéine 43 associée à la croissance et synaptophysine) chez les rats diabétiques d’âge moyen.

Ces résultats suggèrent que les effets neuroprotecteurs du CBD chez les rats diabétiques d’âge moyen soumis au CCH sont liés à une réduction de la neuroinflammation.

Cependant, ils semblaient se produire indépendamment des modifications de la neuroplasticité de l’hippocampe.

Article rédigé par Hexagone Vert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

Donec Donec elit. id pulvinar mattis