Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Douleur dans les yeux?

La perception de la douleur est un mécanisme d’autodéfense critique pour le corps. Il nous dit de rester à l’écart des stimuli indésirables – penser à une main sur une flamme. La douleur oculaire, source d’inconfort aigu, peut être un signal qui prévient les lésions oculaires (exposition à un produit chimique nocif ou à une sonde mécanique, par exemple) : Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire.

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Cependant, dans des conditions aberrantes, la signalisation de la douleur (nociception) peut devenir dysfonctionnelle. Les impulsions prolongées de la douleur entraîneront le verrouillage du système nerveux dans un mode d’ hypersensibilité. C’est ce qu’on appelle la douleur neuropathique, une maladie débilitante chronique qui affecte 8% de la population entière dans les pays occidentaux. (1)

CNP: Douleur neuropathique cornéenne

La cornée, le couvercle transparent recouvrant l’iris, possède l’une des concentrations les plus élevées de terminaisons nerveuses sensorielles dans le corps, ce qui la rend extrêmement sensible au toucher, à la température et aux produits chimiques. Le contact avec la cornée déclenche un réflexe involontaire qui ferme la paupière.

Une lésion de la cornée est souvent associée à une hyperalgésie et à une douleur neuropathique cornéenne (CNP). L’hyperalgésie se réfère à une sensibilité accrue à la douleur, généralement due à des terminaisons nerveuses endommagées et à des récepteurs de douleur.

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Les opioïdes et les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont généralement prescrits pour la neuropathie périphérique et la douleur liée aux lésions de la moelle épinière. Compte tenu de la faible efficacité et des effets secondaires indésirables de ces produits pharmaceutiques, les scientifiques médicaux étudient différentes options pour la gestion de la douleur neuropathique, y compris les thérapies aux cannabinoïdes. (2)

Nous vous suggérons de lire « Les cannabinoïdes et la douleur chronique. Ce que votre pharmacie ne veut pas que vous sachiez « pour mieux comprendre le rôle de l’inflammation, de la douleur neuropathique et des cannabinoïdes.

Les cannabinoïdes végétaux et les cannabinoïdes synthétiques se lient aux récepteurs cannabinoïdes – CB1 et CB2 – fortement localisés dans la peau et dans les régions cérébrales impliquées dans la transmission et la modulation de la douleur (ganglions rachidiens, moelle épinière, thalamus, zone grise périaqueducale, amygdale, et la rosette rostroventromédiale). Les cannabinoïdes endogènes activent également ces récepteurs, qui produisent collectivement l’analgésie en réduisant l’inflammation et en stimulant la libération d’endorphines, qui agissent par l’intermédiaire des récepteurs mu-opioïdes. (3, 4)

CBD (Cannabidiol) pour CNP

Il est bien établi que l’activation du système endocannabinoïde réduit la sensation de douleur aux niveaux central et périphérique. (5)

Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, pourquoi ne pas sauvegarder cet article pour plus tard: « Les endocannabinoïdes sont l’analgésique du corps« .

Les récepteurs CB1 et CB2 sont tous deux impliqués dans la diminution de la douleur neuropathique et de l’hyperalgésie.

Étant donné que les cellules cornéennes expriment les récepteurs CB1 et CB2, des chercheurs de l’Université Dalhousie à Halifax (Canada) ont étudié si la stimulation de ces récepteurs pouvait également soulager la douleur cornéenne. (6)

Les expériences de Dalhousie ont été menées sur des animaux, reproduisant la douleur neuropathique cornéenne par cautérisation (brûlure) et par l’application de piment (capsaïcine) sur la surface du globe oculaire. Les chercheurs ont montré que tous les animaux recevant du CBD par voie topique réduisaient significativement leur douleur, mesurée par la diminution du clignement des yeux. La probabilité que ce résultat soit aléatoire était inférieure à 0,0001, ce qui est la science la plus proche de la certitude.

Les chercheurs canadiens ont également testé deux dérivés synthétiques du CBD («CBD-DMH» et «HU308») de la même manière et ont trouvé qu’ils étaient quelque peu efficaces pour soulager la douleur, mais ils n’étaient pas aussi efficaces que le cannabidiol. Le CBD était le ligand (activateur du récepteur) qui produisait les effets antidouleur les plus bénéfiques dans cette étude animale. (6)

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

 

Souris génétiquement modifiées

Les scientifiques de la Nouvelle-Écosse sont allés plus loin et ont répété le même modèle expérimental de pulvérisation de piment douloureux sur les yeux des souris. Mais la deuxième série de tests a utilisé des souris qui avaient été génétiquement modifiées de sorte qu’ils manquaient de récepteurs CB2.

Le Cannabidiol et les dérivés synthétiques de CBD ont été administrés aux souris génétiquement modifiées sans récepteurs CB2 pour voir comment ils ont répondu à la douleur de cornel induite. (6)

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Les résultats étaient différents du premier test de deux façons:

  1. 1) Le CBD a eu un effet analgésique sur les yeux des animaux éliminés par CB2, mais l’effet analgésique du CBD n’était pas aussi prononcé qu’avec le premier groupe de souris qui répondait favorablement au traitement CBD pour la douleur cornéenne induite;
  2. 2) les dérivés de CBD synthétiques n’ont pas provoqué de réponse antidouleur chez les souris génétiquement modifiées. Sur la base de ces résultats, les scientifiques ont conclu que le CBD et, dans une moindre mesure, ses dérivés synthétiques peuvent réduire la douleur au niveau de la cornée en activant les récepteurs CB2.

Ils ont également déterminé que les effets analgésiques du CBD ne sont médiés qu’en partie par les récepteurs CB2, et que d’autres récepteurs (ou voies indépendantes du récepteur) doivent également être impliqués dans la médiation des propriétés antidouleur remarquables du CBD.

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

L’utilisation d’extraits de cannabinoïdes naturels ou synthétiques est difficile pour une application topique en raison de leur profil hautement lipophile, ce qui rend difficile la dissolution des formulations d’huile de cannabis dans l’eau. L’huile et l’eau ne se mélangent pas bien.

Ce problème est particulièrement important en ce qui concerne les solutions pour gouttes oculaires infusées aux cannabinoïdes, qui doivent pénétrer dans la couche larmoyante aqueuse sur la cornée pour fonctionner à l’œil.

Gouttes oculaires CBD: une nouvelle frontière pour la douleur oculaire

Depuis le milieu des années 1970, le cannabis riche en THC s’est avéré bénéfique pour abaisser la pression intraoculaire et soulager les symptômes du glaucome. Mais le développement de gouttes ophtalmiques infusées de cannabinoïdes serait retardé en raison du facteur lipidique.Quelques approches ont été proposées pour surmonter ce défi. Initialement, ils impliquaient l’utilisation d’huile minérale légère comme véhicule. De faibles concentrations de THC (0,1%) ont été dissoutes dans de l’huile minérale légère et appliquées directement sur les yeux de sujets humains hypertendus. Cela a provoqué une diminution de la pression artérielle systolique (pression dans les vaisseaux sanguins ressentie immédiatement lorsque le cœur se contracte et pompe), ce qui peut réduire la pression intraoculaire.

Mais finalement, l’huile minérale diluée au THC s’est révélée être un irritant pour l’œil humain, ce qui a empêché son utilisation comme remède anti-inflammatoire. (7, 8)Plus récemment, il a été démontré que différentes micro-émulsions et cyclodextrines (molécules de sucre cycliques) améliorent la pénétration cornéenne des cannabinoïdes endogènes.

Ces formulations ont été testées pour leur capacité à abaisser la pression intraoculaire – avec des résultats positifs. (9) Peut-être une solution similaire pourrait-elle être utilisée pour administrer le CBD et d’autres cannabinoïdes végétaux comme traitement de la douleur neuropathique cornéenne.

« Compte tenu de l’efficacité du cannabidiol dans la recherche préclinique, ainsi que de son profil de sécurité stellaire, il serait souhaitable que les chercheurs médicaux poursuivent des études supplémentaires sur les gouttes oculaires de CBD. De plus, cet effort devrait être élargi pour inclure les extraits de plantes entières avec du THC, ainsi que du CBD. Espérons que des gouttes ophtalmiques infusées au cannabis seront bientôt disponibles pour ceux qui souhaitent se prévaloir des avantages d’une nouvelle forme de marijuana médicale. »

Un grand merci au blog Nature Going Smart pour nous avoir autorisé à publier et traduire cet article.

Ce contenu original a été offert gratuitement sans publicités grâce aux contributions de nos lecteurs. Vous aussi, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons. Découvrez comment ici! Je vous remercieCet article a été édité et publié par Martin Lee sur ProjectCBD

by · Published January 13, 2017 · Updated November 22, 2017

References:

1) Mao, J., Price, D.D., Lu, J., Keniston, L., Mayer, D.J. (2000) Two distinctive antinociceptive systems in rats with pathological pain. Neurosci. Lett., 280, 13-16.

2) Selph, S Carson, S Fu, R et al. (2011). Drug Class Review Neuropathic Pain. Available: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0016164/pdf/TOC.pdf. Last accessed 22/11/17.

3) Tsou K, Brown S, Sanudo-Pena MC, Mackie K, Walker JM: Immunohistochemical distribution of cannabinoid CB1 receptors in the rat central nervous system. Neuroscience (1998), 83:393-411

4) Ibrahim MM, Porreca F, Lai J, Albrecht PJ, Rice FL, Khodorova A, Davar G, Makriyannis A, Vanderah TW, Mata HP, Malan TP Jr: CB2 cannabinoid receptor activation produces antinociception by stimulating peripheral release of endogenous opioids. Proc Natl Acad Sci USA (2005), 102:3093-3098

5) Pertwee RG: Cannabinoid receptors and pain. Prog Neurobiol (2001), 63:569-611

6) Toguri, J.T. Thapa, D. Laprairie, R. et al. (2016). Efficacy of cannabidiol and cannabidiol derivatives in the treatment of ocular pain. International Cannabinoid Research Society 26th annual symposium. 26 (1), 24.

7) Green K, Roth M. Ocular effects of topical administration of delta 9-tetrahydrocannabinol in man. Arch Ophthalmol. (1982) Feb; 100(2):265-7.

8) Jay WM, Green K. Multiple-drop study of topically applied 1% delta 9-tetrahydrocannabinol in human eyes. Arch Ophthalmol. (1983) Apr; 101(4):591-3.

9) Jarho P, Urtti A, Pate DW, et al. Increase in aqueous solubility, stability and in vivo corneal permeability of anandamide by hydroxypropyl-β-cyclodextrin. Int J Pharm (1996);137:209–17.

Copyright, Nature Going Smart. May not be reprinted without permission.

Traduit par l’équipe du blog d’Hexagone Vert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code « bienvenue »

lectus leo. Donec ut libero. quis, ipsum Nullam ut dolor et,