Evaluation du CBD par l’OMS : deuxième étape réussie

Un nouveau pas vient d’être franchi dernièrement, pour les parties prenantes plaidant la cause du CBD (Cannabidiol) : les résultats de cette evaluation préliminaire de la substance présentée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Vienne dans la semaine du 01 Décembre au 08 Décembre 2017, sont plutôt de bonne augure pour la suite du processus.

En Novembre, à Genève en Suisse, l’OMS s’était réunie pour examiner préalablement le CBD en tant que substance psychotrope potentielle, en mettant le CBD sous le risque d’un classement similaire à celui du THC. A la suite de ces évaluations, l’OMS fait parvenir à la Comission Nationale des Stupéfiants des Nations Unies (CND) leur résultats.

Rapport OMS CBD : Vous pouvez retrouver ici le document concerné.

A ce jour, il n’y a aucune preuve d’utilisation récréative du CBD ou de problèmes de santé publique liés à l’utilisation de CBD pur“. En fait, les preuves suggèrent que le CBD atténue les effets du THC .

Les auteurs ont souligné que la recherche a officiellement confirmé certains effets positifs du produit chimique.

L’équipe de l’OMS a déterminé que le CBD était un traitement efficace contre l’épilepsie chez les adultes, les enfants et même les animaux, et qu’il existe des preuves préliminaires que le CBD pourrait être utile pour traiter la maladie d’Alzheimer, le cancer, la psychose, la maladie de Parkinson, et d’autres conditions sérieuses.

“Ce cycle s’est terminé favorablement, mais l’examen critique du CDB aura lieu en mai” a ajouté Boris Bañas (Hemp Cooperative de Slovaquie), membre du conseil d’administration de l‘European Hemp Association (EIHA). L’Association s’est jointe à la Fondation pour des approches alternatives à la toxicomanie (FAAAT) en rédigeant une déclaration commune d’orientation avant la dernière évaluation de l’OMS.

A travers son retour, l’EIHA a salué les travaux de l’OMS qui ont définis que :

  • Aucun cas d’abus ou de dépendance lié à l’utilisation de la CDB.
  • Aucun problème de santé publique (p. Ex. Conduite avec facultés affaiblies) ne devrait être associé à l’utilisation de la CDB.
  • Rien n’indique que le CBD en tant que substance soit exposée aux mêmes abus et aux mêmes effets nocifs que les substances des Conventions de 1961 ou de 1971 (y compris le cannabis et le THC).
  • Le CBD est activement exploré pour une gamme d’applications thérapeutiques et a démontré son efficacité dans le traitement de certaines formes d’épilepsie.

Bien que le CBD lui-même soit sûr et utile pour de nombreux utilisateurs, les experts de l’industrie ont averti que tous les extraits de cannabis ne sont pas créés de manière égale, purs ou avec les mêmes méthodes d’extraction.

Alors que les rapports négatifs sur le CBD sont de plus en plus rares, les scientifiques présents ont tenus à apporter une certaine précision sur les aspects négatifs relevés concernant le CBD : “Les effets indésirables rapportés peuvent être le résultat d’interactions médicamenteuses entre le CBD et les médicaments existants des patients”, ont-ils noté.

Comme l’a rapporté NORML, organisme à but non lucratif lié à la réforme du cannabis, l’OMS envisage actuellement de changer la place du CDB dans son propre code d’ordonnancement des médicaments. En septembre, NORML a soumis un témoignage écrit à la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA), qui s’opposait à l’adoption de restrictions internationales sur l’accès à la CDB.

La FDA, qui a refusé à plusieurs reprises de mettre à jour sa position sur les produits du cannabis malgré un nombre important de preuves sur le sujet, est l’un des nombreux organismes qui conseilleront l’OMS dans son examen final de la CDB.

Le rapport a été présenté par le Comité OMS d’experts sur la pharmacodépendance et rédigé sous la responsabilité du Secrétariat de l’OMS, Département des médicaments essentiels et des produits de santé, équipes d’innovation, d’accès et d’utilisation et de politique, gouvernance et connaissances.
La prochaine étape est programmée à la quarantième réunion du Comité d’experts de l’OMS sur la pharamacodépendance (ECDD) prévue en Mai ou en Juin 2018. Lors de la 39ème réunion de l’ECDD à Genève, début Novembre, le CBD avait déjà reçu le feu vert de cette dernière.

En plus des Baňas, l’EIHA était représentée par un membre associé, Hana Gabrielová, Hempoint, République tchèque. La FAAAT était représentée par Kenzi Riboulet Zemouli, Farid Ghehiouèche et Amy Case King. Michael Krawitz (Veterans for Médical Cannabis Access, États-Unis), Raul Hector Elizalde Garza (Por Grace, Mexique), Dusan Nolimal et Tanja Bagar (Institut international des cannabinoïdes, Slovénie) et Marie Nougier (International Drug Policy Consortium) .

Les entreprises suivantes ont soutenu une campagne soutenant l’effort de l’EIHA-FAAT avant l’OMS: Botanicals Bluebird, Buddingtech, CannaWell, CBD life UK, huiles CBD UK, CBDepot.eu, Deep Nature Project, Greenindustries.shop, Chanvre et humanité, HempConsult GmbH, Hempflax , Hempire Ltd, Hempoint.cz, Hempura, MCU Botanicals, MeetHarmony, MH medical chanvre GmbH.

Cet article a été rédigé par CBD France pour Hexagone Vert – ( https://www.facebook.com/cannabidiolfr/ )

Il contient des traductions des articles https://www.forbes.com/sites/janetwburns/2017/12/11/who-report-finds-no-public-health-risks-abuse-potential-for-cbd/#26f6d916b885 et https://hemptoday.net/who-positive-on-cbd/

5 Commentaires sur “Evaluation du CBD par l’OMS : deuxième étape réussie

  1. carminaska@hotmail.com'
    Carmen Caballero says:

    Je suis épileptique cela s’aggrave je vois ma neurologue le 21 février et j’aurais en ma possession d’ici lapsus forme de gouttes du cbd.je précise que je ne peux pas fumer de thc car ça me déclenche les crises donc il n’y aura que le cbd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-20% sur votre première commande
avec le code “BIENVENUE”

Donec lectus id, risus. suscipit Donec ante. Nullam