Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Dans un précédent article, nous vous avons présenté le CBG : Cannabigérol. Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Précurseurs des cannabinoïdes plus connus, il est de plus en plus étudié, et disponible désormais sous forme d’huile CBG ou CBD:CBG.

Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Une nouvelle étude parue en 2018 précise son impact :

Publiée sur le J Neuroinglammation du 16 Janvier 2018 par l’équipe des Professeurs Garca C. & Gomez-Canas M., cette étude avait pour but d’évaluer les propriétés du CBG sur la neuroprotection.

Les chercheurs précisent que la maladie de Lyme évoluée peut se manifester par les symptômes de la maladie de Parkinson. Pour cette raison, les résultats de cette étude peuvent également être pertinents pour la maladie de Lyme. Qui plus est, certains chercheurs croient que la maladie de Parkinson est, dans de nombreux cas, une maladie de Lyme avancée.

La neuroprotection avec les cannabinoïdes dans la maladie de Parkinson s’est principalement faite avec des cannabinoïdes antioxydants ou anti-inflammatoires.

Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Dans la présente étude, les chercheurs ont étudié les propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices de VCE-003.2, un dérivé de quinone du phytocannabinoid cannabigerol (CBG) non-psychotrophique, également un antioxydant.

L’application de l’étude, assez complexe, est disponible ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29338785

Les chercheurs concluent :

« Nous avons démontré que le VCE-003.2 (dérivé du CGB) est neuroprotecteur contre les dommages neuronaux induits par l’inflammation dans un modèle in vivo de maladie de Parkinson, et dans des modèles cellulaires in vitro de neuroinflammation. De tels effets pourraient impliquer les récepteurs PPARγ, bien que des expériences in silico et in vitro suggèrent fortement que VCE-003.2 cible PPARγ en agissant à travers deux sites de liaison au LBP, un qui est sensible à T0070907 (site de liaison canonique) et un autre qui n’est pas affecté par cet antagoniste de PPARy (site de liaison alternatif). »

Ainsi, les aspect neuroprotecteurs du CBG sont particulièrement mis en avant sur cette étude.

Dans une seconde étude, publiée dans Neurotherapeutocis de Janvier 2015, une équipe de chercheur a également étudié les effets du CBG sur la maladie de Huntington.

Différents cannabinoïdes synthétiques et végétaux se sont révélés neuroprotecteurs dans des modèles expérimentaux de la maladie de Huntington (HD) par des mécanismes dépendants et / ou indépendants des récepteurs aux cannabinoïdes.

Ici, il a été étudié les effets du cannabigérol (CBG), un phytocannabinoïde non psychotrope, dans 2 différents modèles in vivo de HD.

Le CBG était extrêmement actif comme neuroprotecteur chez des souris intoxiquées par le 3-nitropropionate (3NP), améliorant les déficits moteurs et préservant les neurones striataux contre la toxicité 3NP. En outre, CBG a atténué la microgliosie réactive et la régulation à la hausse des marqueurs pro-inflammatoires induits par 3NP, et a amélioré les niveaux de défenses antioxydantes qui ont également été significativement réduits par 3NP.

Il a également été étudié les propriétés neuroprotectrices de CBG chez les souris R6 / 2. Le traitement avec ce phytocannabinoïde a produit une récupération beaucoup plus faible, mais significative, de la performance détériorée du rotarod typique des souris R6 / 2. En utilisant l’analyse de matrice HD, nous avons pu identifier une série de gènes liés à cette maladie (p. Ex. Symplekin, Sin3a, Rcor1, histone désacétylase 2, protéine associée à la huntingtine 1, sous-unité δ du récepteur gamma-aminobutyrique-A (GABA -A) et l’hippocalcine, dont l’expression a été altérée chez les souris R6 / 2 mais partiellement normalisée par le traitement CBG.

De plus, les chercheurs ont également observé une amélioration modeste de l’expression génique du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), du facteur de croissance insulinomimétique 1 (IGF-1) et du récepteur activé par le proliférateur du peroxysome γ (PPARγ), qui est modifié dans ces souris, ainsi qu’une petite, mais significative, réduction de l’agrégation de la huntingtine mutante dans le parenchyme striatale chez les animaux traités par CBG.

En conclusion, les chercheurs notent que les résultats ouvrent de nouvelles voies de recherche pour l’utilisation de CBG, seul ou en combinaison avec d’autres phytocannabinoïdes ou thérapies, pour le traitement de maladies neurodégénératives telles que la MH. 

Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Enfin, en 2013, une étude parue dans le Biochem Pharmacol du mois de Mai, s’est penché sur l’impact du CBG sur une maladie intestinale inflammatoire, sur des souris.

La maladie inflammatoire de l’intestin (MII) est une maladie incurable qui affecte des millions de personnes dans les pays industrialisés. Des preuves anecdotiques et scientifiques suggèrent que l’utilisation de cannabis peut avoir un impact positif chez les patients atteints de MICI

L’étude, assez complexe également à décrire, est disponible ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23415610#

D’après les chercheurs, les résultats suivants ont pu être mis en valeur :·

  • Le CBG a réduit le rapport entre le poids du côlon et la longueur du colon, l’activité myéloperoxydase et l’expression de iNOS, l’activité SOD accrue et les changements normalisés de l’interleukine-1β, de l’interleukine-10 et de l’interféron-y associés à l’administration de DNBS. ·
  • Dans les macrophages, CBG réduit la production d’oxyde nitrique et l’expression de la protéine iNOS (mais pas de l’ARNm). Le rimonabant (un antagoniste du récepteur CB1) n’a pas modifié l’effet du CBG sur la production d’oxyde nitrique, tandis que le SR144528 (un antagoniste du récepteur CB2) a encore augmenté l’effet inhibiteur du CBG sur la production d’oxyde nitrique.

« En conclusion, la CBG a atténué la colite murine, réduit la production d’oxyde nitrique dans les macrophages (effet modulé par le récepteur CB2) et réduit la formation de ROS dans les cellules épithéliales intestinales. CBG pourrait être considéré pour l’expérimentation clinique chez les patients atteints de MICI. »

Ainsi, ces études tendent à penser que le CBG serait effectif dans la neuroprotection et présenterait également un aspect anti-inflammatoire.

Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Ce cannabinoïde, qui est de plus en plus étudié actuellement, à tout à nous prouver.

Article rédigé par Hexagone Vert

2 Commentaires sur “Le CBG : ses propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices étudiées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

elit. Phasellus mattis neque. Lorem ante. commodo mattis in