Mechoulam à stabilisé le CBDA : il pourrait “remplacer les opioïdes et les stéroïdes”

CBDA

Le chercheur israélien Raphael Mechoulam a annoncé le développement d’un processus pour modifier et stabiliser les acides cannabidioliques (CBDA) qui apparaissent tôt dans la croissance de la plante de cannabis, rendant des composés qui ont le potentiel pour une utilisation à grande échelle et ouvrant la porte à des essais de recherche.

L’extraction de CBDA stabilisée

Le résultat est un composé semi-synthétique, entièrement stable, à base d’acide qui pourrait être utile pour supprimer les nausées dues à la chimiothérapie et être un traitement pour des afflictions telles que les maladies inflammatoires de l’intestin et le psoriasis.

Les chercheurs disent que ces composés, qui sont plus puissants que le CBD ou le THC – et qui jusqu’à présent n’ont montré aucun effet secondaire négatif – pourraient remplacer les stéroïdes et les opioïdes.

Politiquement correct pour l’industrie pharmaceutique

Mechoulam a travaillé avec la start-up de biotechnologie américaine EPM pour développer la solution de stabilisation des acides par estérification, un processus chimique simple. Cela pourrait s’avérer intéressant pour l’industrie pharmaceutique car le processus produit les acides sous une forme cohérente brevetable.

En outre, Reshef Swisa, PDG d’EPM, a déclaré que la Food and Drug Administration des États-Unis avait déclaré à la société que le composé ne serait pas traité comme du cannabis mais comme n’importe quel autre médicament en développement, évitant ainsi la stigmatisation et les limitations légales associées à la marijuana.

Les composés des acides cannabidioliques, une fois modifiés et stabilisés, sont beaucoup plus puissants que les cannabinoïdes, selon Mechoulam.

Sans stabilisation, la recherche a montré que les acides, qui se révèlent tôt dans le développement de la plante mais s’assèchent à mesure que la plante mûrit, sont inutiles.

Le THC et le CBD sont en fait des substances secondaires qui apparaissent plus tard dans le cycle de croissance de la plante, a noté Mechoulam.

Un substitut au CBD?

Le brevet EPM sur l’utilisation de l’acide cannabidiolique est le premier à prouver que le CBD peut être remplacé sans changement majeur d’efficacité.

«Nous comparons notre composé non seulement aux cannabinoïdes, mais aux médicaments existants qui sont appliqués aujourd’hui», a déclaré Mechoulam.

«Ainsi, par exemple, nous avons comparé nos composés à deux produits conventionnels: l’un est la prednisone (stéroïdes) et l’autre est un médicament biologique. Et dans les deux, nous avons réussi à prouver que l’activité de notre composé est très similaire à celle courante.

«Vous pouvez considérer ce composé comme inspiré par le cannabis, mais c’est un composé semi-synthétique», a déclaré Swisa.

Des recherches (que vous pouvez trouver ici) au Japon ont identifié la fibre de cannabis (chanvre) comme une source importante d’acide cannabidiolique. Cela pourrait permettre d’extraire facilement du CBDA d’une biomasse beaucoup plus disponible et moins chères.

Source

Article traduit et adapté par Hexagone Vert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-20% sur votre première commande
avec le code “BIENVENUE”

Praesent commodo eget venenatis, leo. Sed tristique adipiscing ipsum