L’usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

L'usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

Une étude publiée le 9 Avril 2018 sur le Journal des Soins & Recherche sur les Brûlures, que vous pouvez retrouver ici, à analysé un grand nombre de patients brûlés, en prenant en compte leur utilisation de certains produits :  l’usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

Dans cette étude portant sur 3299 patients brûlés, l’usage de cannabis était associé à une mortalité plus faible et à des séjours hospitaliers plus courts que chez les non-utilisateurs et les utilisateurs d’autres médicaments.

La consommation d’alcool et d’autres drogues illicites a été associée à de moins bons résultats dans les traumatismes, y compris les brûlures. Les examens de routine de toxicologie sanguine et urinaire à l’admission d’un hôpital n’indiquent pas une utilisation ou une dépendance à long terme, mais peuvent prédire une augmentation de la morbidité et / ou de la mortalité.

L'usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

L’objectif était d’analyser les effets des dépistages positifs et des taux d’alcoolémie lors de l’admission des patients admis dans un centre de soins pour grands brulés.

Des chercheurs du Centre Jaycee Burn de Caroline du Nord à Chapel Hill, aux États-Unis, ont analysé les données de tous les patients admis dans le centre jusqu’en 2015.

Les patients adultes (≥ 18 ans) admis avec une brûlure avec ou sans lésion, entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2015 étaient intégrés à l’étude. La démographie, la durée du séjour, le coût et la mortalité ont été évalués.

Tous les patients admis ont été testés pour usage de médicaments, ainsi que d’amphétamine, de cocaïne, de cannabis et d’alcool, et 56% ont été testés positifs pour au moins une substance.

Le cannabis était le plus répandu dans 29% des cas, suivi de l’alcool, de la cocaïne et ensuite de l’amphétamine.

L'usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

Les patients qui ont été testés positifs au cannabis ont eu une durée de séjour à l’hôpital plus courte que les non-utilisateurs et les utilisateurs d’autres médicaments.

La mortalité était de 4% chez les patients ayant un dépistage positif à la cocaïne et à l’amphétamine, ainsi que chez ceux qui avaient un test négatif pour les médicaments et l’alcool. La mortalité était de 8% pour les personnes qui avaient consommé de l’alcool et de 1% pour les personnes dont le test de dépistage du cannabis était positif.

Dans notre population de patients, l’utilisation du cannabis semble être protectrice dans les admissions pour brûlures aiguës, malgré l’enseignement classique selon lequel la consommation de drogues illicites mène à de moins bons résultats. L’âge ainsi que les progrès dans les soins intensifs et la prise en charge chirurgicale peuvent être responsables du dépassement des effets de ces substances.

Article rédigé par Hexagone Vert

Un commentaire sur “L’usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

velit, accumsan suscipit id venenatis, dolor. ut