Le CBD prévient les comportements schizophréniques chez les animaux

Le CBD prévient les comportements schizophréniques chez les animaux

Nous vous en parlions il y a quelque jours dans notre article spécial sur les animaux, que vous pouvez retrouver en cliquant ici, ils sont tous aussi réceptifs que les humains, au CBD. Une nouvelle étude de 2018 viens d’être mise à disposition du grand public, et confirme son action positive : Le CBD prévient les comportements schizophréniques chez les animaux.

Réalisée au sein de l’Université Fédérale de São Paulo, au Brésil, et disponible en cliquant sur ce lien, l’étude à été menée afin de pouvoir déceler comment le CBD pourrait aider à prévenir les troubles du comportements semblables à ceux de la schizophrénie. Cette étude est disponible depuis le 21 Aout 2018.

La schizophrénie est considérée comme un trouble psychiatrique neurodéveloppemental débilitant et sa pharmacothérapie reste problématique sans des avancées majeures récentes. Le développement d’interventions permettant de prévenir l’apparition de la schizophrénie représenterait donc un progrès énorme.

Ici, les chercheurs ont examiné si le traitement au cannabidiol (CBD – un composé du chanvre présentant un profil antipsychotique chez l’animal et chez l’homme) pendant la péri-adolescence permettrait de prévenir les anomalies comportementales schizophréniques chez un modèle animal de schizophrénie: le rat.

Le CBD prévient les comportements schizophréniques chez les animaux

Les rats Wistar et les SHR ont été traités avec un apport de CBD de 30 à 60 jours post-natals.

Dans l’expérience 1, les comportements semblables à la schizophrénie (activité locomotrice, interaction sociale, inhibition de la peur d’apparition et de la peur contextuelle) ont été évalués 90 jours après la naissance. Les effets secondaires généralement associés au traitement antipsychotique ont également été évalués:(traitement et dyskinésie orale 48 h après l’interruption du traitement et 90 jours après l’accouchement). Dans l’expérience 2, les taux sériques de triglycérides et de glycémie ont été évalués au jour 61. Dans l’expérience 3, les taux de BDNF, de monoamines et de leurs métabolites ont été évalués aux jours postnatals 61 et 90 dans le cortex préfrontal et le striatum.

Les conclusions des experts sont les suivantes :

Le traitement par CBD a empêché l’apparition de l’activité hyperlocomotrice des RSH (un modèle pour les symptômes positifs de la schizophrénie) et des déficits d’inhibition prépulse des déficiences cognitives et de sursauts (déficiences cognitives).

Le CBD n’a induit aucun des effets secondaires moteurs ou métaboliques potentiels évalués. Le traitement par CBD a augmenté le rapport préfrontal du cortex 5-HIAA / sérotonine et les taux de 5-HIAA aux jours postnatals 61 et 90, respectivement.

Nos données fournissent des preuves préventives et positives pour le traitement de la schizophrénie et suggèrent l’implication du système sérotoninergique sur cet effet.

Ainsi, l’étude à pu prouver que le CBD à pu prévenir l’apparition des troubles étudiés, surement grâce à son action forte sur la sérotonine.

Article rédigé par Hexagone Vert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code « bienvenue »

eget efficitur. venenatis dapibus mattis Phasellus libero Sed pulvinar