Le cannabis : la passerelle à la phytothérapie

Le cannabis : la passerelle à la phytothérapie

Des dizaines de plantes – pas seulement du cannabis – contiennent des composés qui interagissent avec le système endocannabinoïde. Le cannabis : la passerelle à la phytothérapie

Cet article à été rédigé par Adrian Devitt-Lee Le 15 mai 2019

Le système endocannabinoïde humain (ECS) est nommé ainsi car il répond aux composés du cannabis. Mais le cannabis n’est pas son seul régulateur – il existe une pléthore de molécules dérivées de plantes ou même d’organismes unicellulaires qui interagissent avec l’ECS.

Des scientifiques italiens et suédois ont publié une revue de 2019 dans Planta décrivant les plantes «cannabimimétiques». Ces plantes ne sont pas des imposteurs de cannabis, mais elles produisent des produits chimiques intéressants qui interagissent avec le SCE, un système fondamental pour tous les organismes vertébrés.

Les auteurs couvrent des dizaines d’espèces de plantes produisant un total d’environ 50 molécules apparentées aux cannabinoïdes. Un bon nombre de ces plantes sont utilisées comme médicaments traditionnels depuis des siècles et leurs effets médicaux sont conformes à notre compréhension moderne du rôle fondamental du ECS dans de nombreuses maladies. Certaines plantes produisent même des endocannabinoïdes humains anandamide et 2-AG, bien qu’il n’y ait pas de plante connue possédant des récepteurs aux cannabinoïdes.

La quercétine, présente dans les soucis et de nombreuses plantes à fruits, peut augmenter l’expression par le corps des récepteurs aux cannabinoïdes CB1. Il a été étudié comme nutriment alimentaire protecteur contre les troubles cardiovasculaires et métaboliques. Le resvératrol – un antioxydant présent dans les raisins rouges, les arachides et d’autres espèces végétales – interagit également avec les récepteurs CB1. Mais son effet n’est pas du tout clair.

Une étude a montré que le resvératrol (souvent présenté comme une raison de boire du vin rouge) augmente l’expression des récepteurs CB1 et CB2 à la surface des cellules. Un autre a suggéré que le resvératrol augmente les taux d’endocannabinoïdes, ce qui augmente l’activation CB1, entraînant un effet neuroprotecteur. Un rapport précédent de 2009 avait révélé que le resvératrol inhibait CB1 avec une haute affinité, mais les auteurs ont rétracté cet article lorsque leurs études de suivi ne pouvaient pas reproduire le résultat.

Autres exemples de plantes cannabimimétiques

Composés de type phytocannabinoïde

Certaines plantes produisent des composés presque identiques aux phytocannabinoïdes, mais avec des «queues» moléculaires modifiées (le THC et son variant propyle, le THCV, sont identiques à l’exception de leurs queues, mais le premier active CB1, alors que le dernier le bloque.) Les activités de la plupart de ces molécules ne sont que partiellement comprises.

  • Le Perrottétinène, dérivé de certaines mousses et espèces de hépatique, a une queue légèrement plus volumineuse que le THC et active les récepteurs CB1 et CB2.     
  • Quelques analogues du cannabidiol (CBD) sont produits par des légumineuses de la famille des fabacées, mais leur activité cannabinoïde est inconnue. Ces imitateurs de CBD ont des queues plus rigides qui sont grandes comme dans le perrottétinène.     
  • Le cannabigérol (CBG) lui-même peut être produit par Helichrysum umbraculigerum. C’est le seul exemple connu de phytocannabinoïdes «classiques» produits par une autre plante.     
  • Des produits chimiques tels que l’acide cannabichroménique (ACSA) sont produits par des espèces de rhododendrons et de champignons afin d’éliminer la compétition, qu’elle soit fongique, bactérienne ou virale.

Boosters d’endocannabinoïdes

Les récepteurs aux cannabinoïdes sont un composant clé du système endocannabinoïde, qui utilise également des enzymes métaboliques et des transporteurs (protéines liant les acides gras) pour réguler les taux d’endocannabinoïdes. De nombreux composés végétaux ciblent ces protéines pour influencer l’ECS.     

  • L’aloe vera, le soja et de nombreuses autres plantes produisent du kaempférol, qui bloque et retarde la dégradation de l’anandamide.     
  • Le soja, la luzerne, les arachides et d’autres plantes synthétisent la biochanine A, qui peut également bloquer la décomposition de l’anandamide par FAAH.    
  •  Euphorbia, du «Cactus au crayon», ou Euphorbia tirucalli, bloque la décomposition du cannabinoïde 2-AG du corps par la monoacylglycérol lipase. Ses extraits sont utilisés pour traiter le pain.
  • Deux terpènes, α et β-amyrine, empêchent la dégradation de la 2-AG et ont démontré des effets bénéfiques dans un modèle de pancréatite. Les amyrines se trouvent dans les espèces de ficus, d’eucalyptus, de sauterelles et d’autres espèces.

Agonistes CB2

CB2 est le récepteur aux cannabinoïdes chargé de prévenir les dommages inflammatoires. L’activation de CB2 peut atténuer les maladies communes d’inflammation chronique telles que l’obésité, la neurodégénérescence et les troubles auto-immuns.

  • Celastrol active le récepteur CB2, un agent anti-inflammatoire utilisé en médecine traditionnelle chinoise pour traiter l’arthrite, l’athérosclérose et le lupus.
  • Les acides gras dérivés de l’échinacée activent CB2 et les récepteurs anti-inflammatoires associés.
  • L’écorce de magnolia contient deux polyphénols – honokiol et magnolol – qui activent faiblement le récepteur CB2.

Double ligand des récepteurs aux cannabinoïdes

Certains cannabinoïdes ne se lient pas à un seul récepteur, mais ont une affinité pour CB1 et CB2. Le THC et le 2-AG ont tous deux une activité significative sur cette paire de récepteurs. Il en va de même pour certains composés végétaux.     

  • La plupart des baies colorées contiennent de la cyanidine, qui se lie aux deux récepteurs cannabinoïdes, conférant un effet neuroprotecteur. Cependant, certains métabolites de la cyanidine bloquent les récepteurs aux cannabinoïdes, ce qui suggère que les baies sont des régulateurs homéostatiques équilibrant le tonus des endocannabinoïdes.     
  • Les anthocyanes donnent aux fruits leurs couleurs pourpres, noires et bleues. Au-delà de la cyanidine, des produits chimiques tels que la peonidine et la delphinidine se lient également aux récepteurs des cannabinoïdes.     
  • L’auroglaucine, issue d’un champignon aspergillus, se lie aux récepteurs aux cannabinoïdes ainsi qu’aux récepteurs opioïdes. On ignore encore si cela active ou inhibe les récepteurs aux cannabinoïdes.

Antagonistes CB1

Le blocage de l’activité de CB1 s’est révélé prometteur pour plusieurs conditions métaboliques. Les antagonistes CB1 à base de plantes et alimentaires peuvent avoir des effets bénéfiques sur l’intestin sans provoquer d’effets indésirables du système nerveux central.     

  • Des extraits de feuilles de thé bouillant, de la catéchine, un flavanol capable d’inhiber la signalisation des récepteurs CB1 et de réguler l’insuline, le cholestérol et la pression artérielle.     
  • Les carottes produisent de la carotatoxine, qui porte le nom officiel de falcarinol. Il s’agit d’un agoniste inverse de CB1, ce qui signifie qu’il bloquera non seulement l’activité de CB1, mais réduira également la signalisation de CB1 en dessous du niveau normal.     
  • Certaines espèces de réglisse créent l’acide 18β-glycyrrhetnic, malheureusement nommé, qui confère des effets anti-obésité en diminuant l’interaction entre l’anandamide endogène et le CB1.     
  • Un petit arbre africain, Voacanga africana, produit trois antagonistes CB1 extrêmement complexes, appelés voacangines, qui sont chimiquement similaires à l’ibogaïne. L’ibogaïne est un dérivé de l’iboga, plante psychédélique d’Afrique de l’Ouest.

Antagonistes CB1 / agonistes CB2

Les ligands qui augmentent l’activité de CB2 tout en bloquant CB1 sont prometteurs pour le traitement des troubles de dépendance et métaboliques.     

De nombreuses plantes du genre arbustif Zanthoxylum produisent du γ-sanshool, qui active CB2 tout en bloquant simultanément CB1. Le cannabis produit du THCV, qui a également cette double action, bien que le γ-sanshool soit une longue molécule souple et huileuse, ce qui en fait ressemble structurellement à l’anandamide (l’endocannabinoïde) au THCV (le phytocannabinoïde).

Liaison aux récepteurs non cannabinoïdes

Les effets de ces composés et d’autres composés végétaux vont bien au-delà du système endocannabinoïde classique. Les phytocannabinoïdes et les endocannabinoïdes interagissent directement avec les canaux ioniques de la TRP et les récepteurs PPAR (situés sur le noyau de la cellule) qui modulent l’expression des gènes. Les récepteurs TRP et les PPAR sont également régulés par diverses substances chimiques à base de plantes.

  • Une espèce de bouleau blanc produit de l’acide bétulinique, qui se lie à CB1, CB2 et active les récepteurs PPAR.     
  • L’amorfrutine est une catégorie de molécules de type CBG synthétisées par de nombreuses plantes, en particulier les espèces de tournesol du genre Helichrysum. Certaines amorfrutines sont des agonistes de PPARγ.

Espèces de poivre

Le genre de poivre d’Afrique de l’Ouest, Piper, peut être l’une des familles les plus cannabimimétiques du moment, avec de nombreuses espèces produisant des modulateurs de cannabinoïdes. La guinéensine, présente dans le poivre noir qui accompagne votre sel de table, renforce le tonus des endocannabinoïdes en bloquant et en retardant la recapture des endocannabinoïdes.

“Le genre de poivre d’Afrique de l’Ouest, Piper, est l’une des familles les plus cannabimimétiques du moment, avec de nombreuses espèces produisant des modulateurs de cannabinoïdes.”

Le poivre noir contient également de la pipérine, un modulateur puissant du récepteur TRPV1, impliqué dans la douleur et la neurodégénérescence. L’anandamide et le CBD se lient également au TRPV1. Une autre espèce cannabimimétique, Piper methysticum, est renommée comme kava.

Le kava a toujours été utilisé pour traiter les migraines, l’insomnie, les problèmes menstruels, la perte de poids et les convulsions. Il produit de nombreux produits chimiques puissants, y compris la yangonine, qui se lie au récepteur CB1. Que la yangonine active ou inhibe CB1 n’est pas encore connu. Toute discussion sur les cannabinoïdes serait négligente en ignorant le β-caryophyllène (caryophyllène ou BCP), un terpène présent dans le cannabis, de nombreux légumes verts à feuilles et le poivre noir.

Le caryophyllène est un produit chimique anti-inflammatoire qui active puissamment le CB2. C’est l’un des meilleurs exemples de la manière dont le régime affecte directement le tonus des endocannabinoïdes. Les propriétés anti-inflammatoires du caryophyllène sont significatives pour l’obésité, le diabète de type 2 et d’autres complications métaboliques:

“[Manger] à peine 4 mg / kg / jour pourrait en faire un anti-inflammatoire efficace”, selon le Dr Ethan Russo.

Le motif de l’évolution

Quelle est l’élan évolutif de la création de cannabinoïdes? Même des organismes unicellulaires tels que les cyanobactéries, descendants de la bactérie photosynthétique d’origine, produisent des produits chimiques qui agissent sur les récepteurs aux cannabinoïdes. Mais les récepteurs aux cannabinoïdes ont évolué beaucoup plus tard, apparaissant pour la première fois dans l’ancienne Hydra (pas le dieu) il y a environ 500 millions d’années.

On ne sait toujours pas pourquoi les plantes produisent des cannabinoïdes sans récepteurs correspondants avec lesquels se lier. Certains insectes font la même chose. Il existe peut-être un mécanisme non encore découvert par lequel les plantes se régulent elles-mêmes avec les phytocannabinoïdes. Chez l’homme, l’ECS est devenu un système homéostatique – un mécanisme adaptogène fondamental qui permet à notre corps de rester en santé malgré le stress de la vie.

Médecine traditionnelle

Le CBD fait fureur ces jours-ci. C’est devenu un engouement pour le bien-être. Et bien qu’il soit à la mode de se concentrer sur un seul composant du cannabis, ne perdons pas de vue le fait que la phytothérapie offre d’innombrables remèdes pertinents pour les maladies modernes.

“Les produits pharmaceutiques purifiés ne sont pas intrinsèquement supérieurs aux formulations à base de plantes entières à composants multiples.”

Le CBD à molécule unique et le THC à molécule unique sont tous deux des médicaments approuvés par la FDA. Mais les produits pharmaceutiques purifiés ne sont pas intrinsèquement supérieurs aux préparations à base de plantes entières à composants multiples. Le développement médical des cannabinoïdes devrait s’appuyer sur les savoirs traditionnels et les traitements traditionnels, faisant souvent appel à un mélange de différentes herbes, y compris du cannabis riche en CBD, qui fait partie de la pharmacopée humaine depuis des milliers d’années.

Toutes les herbes ne sont pas sûres, mais il existe de nombreux précédents. Au moins, avec les herbes, nous avons une longue et fructueuse histoire, tandis que le développement pharmaceutique novateur nous a conduits dans une impasse d’escalade d’effets secondaires, de résistance aux antibiotiques et de maladie dégénérative incurable. Alors que nous souhaitons la bienvenue au cannabis dans le panthéon des herbes médicinales, rendons hommage aux plantes «brutes» qui ont nourri l’humanité depuis des temps immémoriaux.

Adrian-Devitt-Lee, rédacteur scientifique en chef du projet CBD, travaille comme chercheur en chimie au University College of London.

Article source : https://www.projectcbd.org/science/other-plants-work-like-cannabis

Article traduit et adapté par Hexagone Vert

 
 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

 
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

elementum dolor. commodo adipiscing accumsan dapibus tristique commodo mattis dolor ante.