Les institutions françaises s’intéressent au CBD

Les institutions françaises s'intéressent au CBD

Le sujet est actuellement sur toutes les lèvres, depuis l’explosion des ventes de e-liquides au CBD ces derniers mois. Face à la demande importante concernant les extractions de CBD, les décideurs francais commencent à se bouger : les institutions françaises s’intéressent au CBD

Nous vous en parlions en Février, le Réseau de Prévention des Addictions (RESPADD) publiait une lettre d’information sur le CBD, que vous pouvez retrouver ici.

Les institutions françaises s'intéressent au CBD

Globalement, les retours de l’ESPADD sur le Cannabidiol sont bons : effets thérapeutiques, effets secondaires, utilisation, et surtout précision de la commercialisation des e-liquides CBD qui sont des produits à des fins non thérapeutiques.

Il est important de notre point de vue, de préciser que le débat doit s’intéresser aux extractions complètes de CBD sous forme d’huile et de capsules, et pas uniquement aux ‘e-liquides de Cbd’ proposant du Cristal de CBD et des terpènes en faible quantité, et donc bien moins efficace. L’année dernière encore, l’industrie de la vape se moquait du CBD, aujourd’hui elle en retire des milliers d’euros de bénéfice.

Un nouveau document à été porté à notre connaissance, que vous pouvez télécharger ici :

Les institutions françaises s'intéressent au CBD

Ici, encore une fois, le débat s’est arrêté aux e-liquide de CBD ….

Les points globaux à retenir :

  • Le CBD est un produit de consommation courante si non associé au THC
  • Son profil toxicologique est acceptable
  • Le CBD doit être issus de variétés de chanvre européenne respectant la législation française
  • Un e-liquide ne doit pas contenir de corps gras
  • Un e-liquide ne doit pas contenir d’autres cannabinoïdes que le CBD

En clair, ce tableau résume quelques aspects positifs, mais ne considère QUE les e-liquides de CBD : il supprime toute utilisation autre que les cristaux de CBD, bien moins efficaces et bénéfiques que les extraction complètes, interdisant toute utilisation de spectre complet, beaucoup plus efficace … Aucune surprise quand on lit que des membres ayant participé à cette réunion sont eux mêmes producteurs de e-liquides au Cristal de CBD ….

Pour finir, une note importante à été ajoutée au rapport de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité des Médicaments ), que vous pouvez retrouver ici  :

“L’ANSM a fait un point aux membres de la Commission des stupéfiants et psychotropes sur :
  • l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de la spécialité Nalscue®, entrée en vigueur le 8 janvier2018,
  • l’augmentation des signalements et de la gravité de s intoxications liées à la consommation de cocaïne et de crack (point d’information publié par l’Agence le 25 janvier dernier
  • la réglementation concernant le cannabidiol. Des précisions seront apportées ultérieurement ;
  • l’utilisation hors AMM de kétamine et la remontée de cas graves liés à son usage”

Les institutions françaises s’intéressent au CBD

Ainsi, l’ANSM, qui s’est positionnée pour une légalité des e-liquides au CBD semble donc bien étudier le sujet, et vouloir se positionner lors de leur prochains rapports sur le sujet.

Pour rappel,leur premiers échange sur le CBD, disponibles ici, et réalisés en 2015, avaient été plus que laborieu.

Article rédigé par l’équipe d’HEXAGONE VERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

quis, at luctus amet, Aenean ut ipsum sit eleifend