De nombreux patients substituent leur médicament avec du cannabis

De nombreux patients substituent leur médicament avec du cannabis
Alors que de plus en plus d’Etats légalisent la consommation de cannabis, de plus en plus de personnes utiliseront probablement ce dernier à des fins médicales, en complément ou en substitution des médicaments sur ordonnance, a déclaré un chercheur de l’Université du Michigan : de nombreux patients substituent leur médicament avec du cannabis. Une approche factuelle est nécessaire pour élaborer les politiques et les pratiques relatives au cannabis médical, réduisant ainsi les dommages et maximisant les avantages pour les individus et la société. Cette étude, réalisée par Daniel Kruger de l’Institut de recherche sociale U-M et publiée en Janvier 2019, est disponible ici.  Ce projet cherchait à évaluer les attitudes à l’égard du cannabis médical et de son utilisation et du système de santé général des consommateurs de cannabis médical. L’équipe de recherche a mené de brefs sondages sur copie papier auprès de 392 adultes participant à un événement public annuel prônant la réforme de la loi sur le cannabis. Selon cette enquête, menée auprès de 392 participants souffrant de différents problèmes de santé, les utilisateurs de cannabis médical ont déclaré avoir plus confiance dans le cannabis que dans les médicaments classiques, ont écrit des chercheurs du Population Studies Center de l’Université du Michigan.
Comparativement aux médicaments pharmaceutiques, les utilisateurs de cannabis à des fins médicales ont évalué le cannabis “meilleur” en termes d’efficacité, d’effets secondaires, de sécurité, de dépendance, de disponibilité et de coût.

Sur les 392 réponses utilisables, la majorité (78%) ont déclaré avoir utilisé de la marijuana pour traiter un problème médical ou de santé. Les utilisateurs avaient également davantage confiance dans le cannabis médical par rapport aux soins de santé traditionnels, en partie parce qu’ils évaluaient la marijuana mieux que les médicaments pharmaceutiques en termes d’efficacité, d’effets secondaires, de disponibilité et de coût.

En raison de l’usage médical du cannabis, 42% ont arrêté de prendre un médicament pharmaceutique et 38% en ont utilisé moins. Une proportion importante (30%) a déclaré que son médecin traitant ne savait pas qu’ils avaient utilisé du cannabis à des fins médicales.
«Cette étude fait progresser les connaissances en matière d’approche factuelle de réduction des méfaits et de promotion des avantages en matière de cannabis médical», a déclaré Daniel Kruger, membre de l’Institut U-M pour la politique et l’innovation en matière de soins de santé. “Compte tenu de l’utilisation croissante du cannabis à des fins médicales et de l’utilisation répandue à des fins récréatives en dépit de la criminalisation, le cadre actuel de santé publique axé principalement sur l’abstinence du cannabis semble obsolète.”
Article rédigé par Hexagone Vert
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

Lorem tristique ultricies consectetur ut dolor. id velit,