Compte rendu du 6ème Colloque UFCMED sur les cannabinoïdes en médecine – Le CBD (Cannabidiol) utilisé pour traiter l’épilepsie infantile

6ème Colloque International UFCMED

  Avancée pharmacologiques et utilisations thérapeutiques des cannabinoïdes

 Utilisation des cannabinoïdes en médecine


CBD France, le blog infos d’Hexagone Vert, était présent auprès de l’UFCMED. Voici un compte rendu de ce que nous avons pu retenir, en plusieurs parties.

2ème partie : Intervention du Docteur Mc Coy sur le CBD (Cannabidiol) utilisé pour traiter l’épilepsie infantile.

Docteur Blathnaiud Mc Coy – Canada  

Médecin, neuropathe.

Le Cannabidiol (CBD) dans les cas d’épilepsie infantile.

Le Docteur Mc Coy commence son intervention en présentant les différents composants d’une souche de cannabis : 545 composés tels que les cannabinoïdes et terpènes rendent le nombre de combinaisons possibles très important. Elle précise que de nombreuses études sont réalisées sur le CBD et le THC mais que les autres cannabinoïdes restent très importants et pour l’instant quasi-inconnus quant à leur action et leur synergie avec l’ensemble de la chaine.

De 1850 à 1937, près d’une centaine de maladie étaient traitées par les teintures de cannabis. La pharmacopée américaine possède de nombreux documents et articles à ce sujet. Malheureusement, sans indication précises des taux de cannabinoïdes, peu de données sont retirables de ces utilisations.

Le Docteur Mc Coy continue son exposé sur les principes du système endo-cannabidien, en précisant qu’on étudie beaucoup le CBD en parlant de ce système, mais qu’il n’agit pas sur les récepteurs CB1 et CB2 contrairement au THC par exemple. Elle indique qu’il existe peu d’essais cliniques sur des humains à l’heure actuelle et que c’est un frein important au développement de cette utilisation du cannabis. Pour conclure, elle précise que le CBD et le THC ont été connus très tôt pour avoir des effets sur les animaux.

ETUDES SUR LE CBD ET LES EPILEPSIES INFANTILES

Le Docteur Mc Coy nous présente différentes études sur le sujet :

Cette étude publiée en début d’année 2016 a servi de support à de nombreux patients étudiant la question du traitement de l’épilepsie par le CBD (Cannabidiol). Des patients, âgés de 1 à 30 ans, atteints d’épilepsie sévère et réfractaire depuis l’enfance, recevant des doses stables de médicaments antiépileptiques, ont été admis à l’étude. 11 centres d’épilepsie à travers les Etats-Unis ont donc été sollicités.

Les patients concernés ont reçus du CBD (Cannabidiol) par voie orale à raison de 2 à 5 mg/kg/jour, jusqu’à une dose maximale de 25 ou 50mg/kg/jour selon le site de l’étude. L’objectif principal était d’établir l’innocuité et la tolérabilité du CBD (Cannabidiol), sur 12 semaines, en calculant la variation du nombre de crises moyennes.

Ainsi, près de 214 patients ont été étudiés, entre la période du 15 Janvier 2014 au 15 Janvier 2015. 76 % d’entre eux ayant eu au moins 12 semaines de traitement au CBD (Cannabidiol) ont été inclus dans l’analyse d’innocuité et d’intolérabilité (dont 20% d’entre eux étaient atteints du syndrome de Dravet et 19 % du syndrome de Lennox-Gastaut), et 64 % dans l’analyse d’efficacité. Les patients restants avaient des épilepsies intraitables de différents types.

Des effets secondaires indésirables ont été signalés dans 79% des patients du groupe sur l’analyse de l’innocuité. Pour plus de 10% d’entre eux, les effets recensés étaient principalement la somnolence (25%), la diminution de l’appétit (19%), la diarrhée (19%), la fatigue (13%), la convulsion (11%). Cinq patients ont dû arrêter le traitement à cause d’évènements indésirables. Chez 30% des patients, des effets secondaires indésirables graves ont pu être observés : une mort soudaine et inattendue dans l’épilepsie considérée comme non liée à l’étude du médicament. 12 % ont présentes des effets secondaire sèvres possiblement liés à l’utilisation du CBD (Cannabidiol), le plus commun étant le mal épileptique (6%).

 Les résultats furent les suivants : avec une fréquence moyenne mensuelle de 30, cette dernière est passée à 15.8 suite aux 12 semaines d’étude. L’équipe de scientifique conclu que ces résultats suggèrent que le CBD (Cannabidiol) pourrait réduire la fréquence des crises et pourrait avoir un profil d’innocuité adéquat chez les enfants et les jeunes adultes atteints d’épilepsie hautement résistante au traitement. Des essais contrôlés et randomisés sont justifiés pour caractériser l’aspect sécurité et efficacité réelle du CBD (Cannabidiol).

 Le Docteur Mc Coy présente ensuite une étude concernant l’utilisation de l’Epidiolex, contenant du CBD 99% Pur, réalisée sur 8 semaines. Une réduction de 30 a 16 crise / mois à été étudiée, avec près de 5 patients n’ayant plus du tout de crises, sur un taux de réussite de 36%, quasi-identique à l’étude du Professeur MEIRI. Ce médicament propose différente utilisation entre les USA et le Canada, et est actuellement à l’étude pour le marché français. Elle déplore qu’il ne comporte que du CBD pur.

Dans cette étude, 120 enfants et jeunes adultes atteints du syndrome de Dravet, pharmacorétistants, ont reçus via voie orale soit un apport de 20mg de CBD (Cannabidiol)/kg/jour, soit un placebo. Afin d’évaluer les effets, le critère de la variation de la fréquence des crises convulsives sur un traitement de 14 semaines a été sélectionné, comparativement à une période de 4 semaines.

La fréquence médiane des crises convulsives observées chez les patient à été atténuée de près de 6 point, en passant de 12.4 à 5.9 avec le CBD (Cannabidiol), contre 14.9 à 14.11 avec l’apport de placebo. Pour près de 43% des patients du groupe CBD, près de 50% des crises convulsives ont été réduites, contre 27% avec le placebo. Concernant l’impression de changement positif, 62% des patients du groupe CBD ont affirmé une amélioration d’au moins un niveau, contre 34% pour le groupe placebo. Près de 5% des patients du groupe CBD (Cannabidiol) ont pu voir une absence totale de crise pendant la durée du traitement.

Les événements indésirables survenus plus fréquemment dans le groupe CBD (Cannabidiol) que dans le groupe placebo comprenaient la diarrhée, les vomissements, la fatigue, la pyrexie, la somnolence et des résultats anormaux sur les tests de la fonction hépatique.

 Conclusion de l’équipe de scientifique menant cette étude : « Chez les patients atteints du syndrome de Dravet, le CBD (Cannabidiol) a entraîné une réduction plus importante de la fréquence des crises convulsives que le placebo et a été associé à des taux plus élevés d’événements indésirables.»

AU CANADA

Au Canada, depuis le 8 Juillet 2015, la prescription du cannabis médical est autorisée. 90 % des docteurs sentent une certaine pression de la part de leur patients pour prescrire ce type de traitement, mais très peu d’entre eux sont qualifiés dans ce domaine et aptes à prescrire des souches adaptées aux besoins des patients. Elle note d’ailleurs une certaine difficulté à pouvoir effectuer des essais cliniques sur le sujet. De plus, l’ensemble des études actuelles ne concernant que le CBD (Cannabidiol).

Actuellement le Dr Mc Coy mène étude sur le traitement du syndrome de Dravet par le CBD, en utilisant des souches de ratio CBD:THC 50 :1, et des doses d’administration jusqu’à 16mg/kg/jour (4 semaines, 20 semaines et 64 semaines d’étude). Sur les premiers retours sur 14 semaines, 50% des réponses semblent positives, et comportent également des effets secondaires déjà cités.

CONCLUSION

Pour conclure, le Docteur Mc Coy précise que l’état de la recherche sur le cannabis médical s’est grandement amélioré mais réside toujours dans un environnement compliqué et désorganisé. Il est difficile pour les familles de savoir si le traitement proposé pourra fonctionner ou non. De plus, les tests réalisés ne concernant que certains types de souches et certaines posologies bien spécifiques. Il est donc primordial de pouvoir étudier un nombre importants de combinaisons de cannabinoïdes et terpènes afin de tirer les meilleures possibilités de cette plante.

Il existe des effets secondaires, qui peuvent être issus du type de la souche (qu’on pourrait peut-être ne pas retrouver sur d’autres souches), comme on peut le voir dans les études actuelles et celles de Davinksy. Cependant, il est important de noter que ces effets secondaires notables sont minimes comparés aux effets secondaires des traitements existants, et qu’il sont des effets beaucoup plus supportables pour les patients.

Nous serons aptes à vous proposer d’ici quelque jours une description détaillé comportant les nombreux documents affichés par le Docteur Mc Coy, particulièrement concernant les interactions connues entre les médicaments anti-épilepsie et le CBD (Cannabidiol).

Extrait de la conférence du Programme de Recherche concernant l’épilepsie à l’Institut du Cerveau de l’Ontario par le Docteur Blathnaid Mc Coy : https://www.youtube.com/watch?v=gEQE8mIML9o

Compte rendu réalisé par CBD France https://www.facebook.com/cannabidiolfr/

 A venir : les autres comptes rendus des différentes conférences du colloque

 Retrouvez le site de l’Union Française des Cannabinoïdes en Médecine : http://www.ufcmed.org

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-5% sur votre première commande
avec le code “bienvenue”

vulputate, id, Nullam lectus Praesent et, eleifend